Le Battle Royale en manga

Aujourd'hui sur console. Depuis toujours dans le manga.

Vous en avez marre des Fortnite, PUBG, DayZ ou ARMA ? Marre des gens qui ne parlent que de leur dernier top 1 avec la nouvelle SCAR sur le boss du genre Fortnite ? Et bien, j’en fais partie, et nous sommes probablement très nombreux à vouloir voir ce sous-genre du jeu vidéo rester à sa place. C’est-à-dire rester discret.

Pourquoi pas se dire que le Battle Royale ou Survival Game (deux termes qui veulent dire la même chose), c’est un sous-genre très important dans le manga ? Comme beaucoup le savent, rien que le terme battle royale provient du roman de Koushun Takami, puis du manga culte de Masayuki Taguchi au dessin et Koushun Takami au scénario. Un seinen moralement et visuellement extrême sorti en 15 tomes au début des années 2000. Manga devenu un film culte à travers le monde, avec notamment la légende Takeshi Kitano.

btooom 1

Depuis l’an 2000, les lecteurs de mangas ont eu droit a pas mal d’œuvres avec des duels à morts, de la trahison et la crainte de voir son personnage favori mourir dans d’atroces souffrances au moment de sa prochaine rencontre. Une mort par explosion bien gore avec le pur survival game BTOOOM!.

Seinen en 26 tomes imaginé par Junya Inoue, ce battle royale est le plus proche de ce qu’on trouve dans nos consoles aujourd’hui. Un adolescent, joueur de génie sur un FPS en ligne, se retrouve, sans comprendre pourquoi, sur une île avec des dizaines d’autres personnes.

Le but du jeu : s’entretuer avec uniquement des petites bombes qu’ils se jettent les uns sur les autres. Des bombes particulières pour chacun, une course contre la mort, une enquête pour trouver les instigateurs… Voilà un exemple vraiment parfait de ce qu’est le battle royale avec un scénario. Et en plus, c’est une réussite.

Plus tourner vers les duels à mort, vous pouvez lire Darwin’s Game de l’auteur FLIPFLOPS. C’est un survival game qui passe par un réseau social ou des joueurs doivent s’entretuer pour différents gains. Un jeu de mort qui parle de la technologie et de la cruauté de l’être humain selon ce qu’on lui propose, des thématiques de société qui sont récurrentes dans le genre.

La technologie, c’est aussi au cœur d’un autre pilier du genre : Mirai Nikki. Un seinen complètement fou en 12 tomes sorti dans les années 2000 et tiré de l’esprit assez dingue de Sakae Esuno. Un téléphone au pouvoir particulier par concurrent, une compétition à mort pour recevoir une récompense plutôt… incroyable : devenir Dieu.

mirai nikki 01

Une œuvre folle, qui pousse bien les limites de la morale avec des personnages humainement horrible et qui nous a offert un duo d’antihéros parmi les plus marquants de l’histoire : Yukiteru, l’ultime lâche, et Gasai Yuno, la reine absolue des yandere. Un survival game de l’horreur qu’il faut lire, parce que c’est vraiment fou !

En matière de gore et de foile, vous pouvez lire un seinen actuellement en cours de publication, au nom bien américain et qui ne laisse pas la place au doute : c’est Sky-High Survival. Un seinen de Miura Tsuina au scénario et Oba Takahiro au dessin avec une particularité dans son synopsis : le survival game se déroule de toits de building en toits de building. Le sol si rassurant est interdit aux joueurs. Une impression de vertige et de pression par des tueurs masqués au comportement glacial…

Avec toujours les questions de morale qui sont au centre de l’œuvre, Sky-High a une qualité indéniable qui est son rythme effréné. De la violence, de la tension, une multitude de personnages détestables ou attachants, des destins et rêves brisées littéralement en plein vol. Ce manga est efficace et utilise bien son concept.

doubt 1

L'aspect moral, essentiel à tous ces survival game. Qu'ils soient sous forme de course contre la mort ou de procés, comme dans Doubt de Yoshiko Tonogai qui a lancé une trilogie culte de mangas qui ont la même forme, mais pas le même fond (Judge et Secret). Un groupe de personnes qui doivent trouver une taupe parmi eux, et sacrifier l'un d'entre eux à chaque heure par un vote a la majorité. Un thriller avec toujours son twist choquant à la fin, des morts à la pelle et une réfléxion sur la morale, la vengeance et la rancoeur qui fait le panache de la majeure partie des Survival Game.

Voilà, quelques exemples de mangas battle royale de qualité. J’aurais évidemment pu en évoquer bien d’autres comme les surnaturels King’s Game et Alice in Borderland, mais ces cinq œuvres montre que le Battle Royale, ce n'est pas que des top 1 et des kills. C'est surtout dans le manga un excellent genre réussir à parler de l'humain et de la société sans filtre, en offrant un divertissment avec des enjeux prenants. 

Sources:

© Yoshiki Tonagai / Square Enix ; © 2006 Sakae Esuno / Kadokawa ; © 2009 Junya Inoue / Shinchosha Publishing Co.

Partagez cette news :

par Supmad

Contenu associé

Battle Royale (Manga), Mirai Nikki (Manga), Doubt (Manga), Sky High survival (Manga), Btooom! (Manga), Darwin's Game (Manga), Judge (Manga)

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

1 commentaire

Avatar de Tori

Euh… Quelques erreurs, dans cet article :
"Battle Royale ou Survival Game (deux termes qui veulent dire la même chose)" : non, un "battle royale", il ne peut rester qu'un seul survivant (c'est un combat en "chacun pour soi"), alors qu'un "survival game", il peut y avoir collaboration et victoire d'équipe : le but est de survivre, mais pas forcément d'être le seul (tout dépend des contraintes).
"Comme beaucoup le savent, rien que le terme battle royale provient du roman de Koushun Takami" : c'est faux également. le terme est bien plus ancien et a été popularisé par le catch… On rencontrait déjà le terme dans des mangas de combats, par exemple (dans Dragon Ball, la finale du tournoi qui se déroule pendant la saga de Buu et oppose cinq adversaires est présenté comme un "battle royale", par exemple… le chapitre est paru dans le Jump en 93, et en volume relié en 1994... Cinq ans avant la parution du roman Battle Royale).