Critique Ne me quitte pas 1

Tajima ne voit jamais personne pleurer, les seuls souvenirs qu'il a d'un tel spectacle remontent à l'enfance. Alors, quelle surprise quand il aperçoit un des élèves de son lycée, Koga, sangloter dans la cour... Leur rencontre fait suite à un malheureux concours de cironstances : le chat de Tajima serait responsable de la mort du poisson rouge de Koga. En tentant de le lui avouer, il va finalement découvrir la vérité cachée derrière ses larmes. Un secret qui va les rapprocher.
[Synopsis de l'éditeur]

Muni d'un synopsis aussi étrange qu'improbable et d'une couverture aussi belle que bleuté, la première œuvre de Hagi me laisse un peu sur ma faim. Pourtant, j'ai trouvé cette lecture assez plaisante...

Le récit est plutôt crédible, par rapport à ce à quoi je m'attendais au vu du synopsis. La façon dont les deux héros se rencontrent est toute bête et très chanceuse, mais ce n'est pas grave, on sent que l'autrice l'assume. C'est sur l'évolution de leur relation qu'elle veut s'attarder. C'est plutôt réussi ; on arrive rapidement à cerner les personnages et leurs personnalités, et voir les sentiments qu'ils portent l'un pour l'autre se former et grandir est un plaisir. C'est très doux et très mignon, avec une touche de drame et une touche d'humour par-ci par-là pour agrémenter l'histoire et la romance. Seul bémol : c'est trop court ! Ca aurait mérité deux tomes, très sincèrement. Tout va un peu trop vite. Même si ce n'est pas vraiment dérangeant, ça aurait été bien mieux si l'autrice avait pris le temps de plus développer certains aspects de son manga.

Je n'aime pas non plus les clichés que l'œuvre véhicule, notamment au début. Des clichés comme quoi un garçon ne devrait pas pleurer, ou comme quoi un poisson rouge n'est pas une raison de pleurer, que ce n'est rien d'autre qu'une décoration, et que sa mort est comme un objet qui se casse... C'est idiot, mais ça m'énerve. Pas assez pour me sortir de l'ambiance ; et ce n'est même pas quelque chose de très choquant vu les normes actuelles. Mais il me fallait le noter.

Quant à l'aspect graphique, ce n'est en rien critiquable. Si la jaquette colorée est magnifique, l'intérieur est plus modeste et minimaliste. Les dessins n'en sont pas moches pour autant ; ils sont simples, mais jolis et maîtrisés. Le style de l'autrice ressort ni trop ni pas assez ; on reconnaît sa patte, mais cela reste sobre. Pour ce qui est de l'édition, c'est très propre, comme on en a l'habitude avec Taifu Comics. Je remarque tout de même une évolution avec leurs récentes sorties ; des jaquettes en papier mat ; une couverture sous-jaquette qui propose souvent des bonus ; et une meilleure qualité générale. Bref, rien à redire.

7
Ne me quitte pas : une œuvre qui fait rêver par sa couverture, mais qui s'avère plus humble à l'intérieur. Un premier amour doux et mignon entre deux lycéens. Seulement, la série aurait mérité deux tomes. Là, elle nous laisse sur notre faim, et beaucoup de passages auraient mérité un meilleur approfondissement. Si les personnages sont intéressants et attachants ; on ne les côtoie pas assez pour vraiment les connaître. Bref, c'est une petite déception. Mais malgré cela et quelques petits défauts, c'est plaisant à lire, mignon, simple et délicat.

Achetez Ne me quitte pasT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par P'tit Citron

Je n'aime pas spécialement le citron. Je poste souvent sur Twitter, alors n'hésitez pas à m'y rejoindre !! ;)

Site/blog perso : https://twitter.com/Ptit_Citron

Contenu associé

Ne me quitte pas (Manga), Ne me quitte pas T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

2 commentaires

Avatar de P'tit Citron

Oui, ça avait vraiment du potentiel, c'est dommage. Peut-être que les autres œuvres de l'autrice seront plus marquantes, en espérant les voir sur le marché français un jour. ^^

Avatar de KssioP

C'est vrai que la couverture fait rêver, je l'avais mis sur ma liste à son annonce. Récemment j'ai lu l'extrait j'étais déjà plus dubitative. C'est vraiment dommage si c'est trop court, car ce genre de titre doux manque sur le marché. Du coup je pense le prendre d'occasion à "l'occasion" (vouhou le jeu de mot facile :p)