Critique Sur un malentendu, ça peut marcher ! 1

Sur Un Malentendu, Ca Peut Marcher !, troisième œuvre de Owal (Owaru) à paraître en France dans la collection Hana des Editions Boy's Love IDP. Âmes innocentes s'abstenir ! Attendez-vous à une relation torride et mouvementée !

[Synopsis de l'éditeur]
Kurono travaille en tant que délégué médical pour une industrie pharmaceutique. Poussé par un médecin avec qui il fait régulièrement affaire, il décide de se rendre à Teizan, un immense hôpital, où il fait la connaissance du docteur Hôjô. Malheureusement pour lui, celui-ci est glacial au possible et l'envoie balader sans aucune autre forme de procès. Mais Kurono ne se décourage pas et, au prix de nombreux efforts, parvient à se faire inviter à un congrès par le docteur Hôjô lui-même. C’est le moment ou jamais pour tenter un rapprochement ! Mais quand il découvre qu'ils partagent la même chambre et qu'il n'y a qu’un seul futon, l'esprit de Kurono se met à travailler à vive allure. Serait-ce une invitation ? Doit-il prendre ça pour des avances... ou pas ? Quel est le bon comportement à adopter !?

Parfois, un malentendu peut être l’élément déclencheur qui fait naître un amour sincère !


J'aime beaucoup Owal, et une fois encore, elle me régale avec un one-shot des plus captivants : riche, osé et travaillé. Evidemment, il faut aimer l'érotisme pour l'apprécier ; personnellement, je trouve que l'autrice maîtrise parfaitement bien cet aspect, qui va de pair avec son superbe style graphique...
Bien que nous découvrions l'histoire des yeux de Kurono, c'est Hôjô qui sera au centre de celle-ci. Le médecin est de prime abord très froid, professionnel et distant ; mais il va petit à petit se dévoiler comme un homme sensible, passionné, qui a du vécu. Sa relation avec Kurono va être très mouvementé, passant de relation professionnelle à sexfriend, puis amant ; ceci dit, cette relation évolue avec assez de réalisme, pour qu'au-delà d'être virevoltante et extravagante, elle soit crédible.

Lors des premiers chapitres, les bases du récit s'installent, et un rythme s'impose, laissant les protagonistes se dévoiler tranquillement. Mais plus tard, un nouveau personnage fera son apparition, cassant ainsi le rythme du récit et troublant la relation de nos personnages principaux. Il s'agit de Yôsuke, l'ancien amant du docteur Hôjô. Un homme exécrable et égocentrique, qui n'hésitera pas à harceler, manipuler et faire du chantage à celui qu'il convoite, usant de sa haute fonction et de son pouvoir dans le milieu de la médecine à des fins personnelles. Bref, un antagoniste que nous, lecteurs, haïrons de toutes nos forces... Ce n'est pas rare, dans les BL, de voir un troisième personnage faire son apparition et gêner l'amour naissant des protagonistes principaux, c'est même plutôt classique. Et même si ce procédé, utilisé pour relancer une histoire et garder l'attention du lecteur, me déplaît quelques fois ; c'est ici très réussi.

Pour finir, je vais parler un peu plus de la forme. On connaît déjà le trait fin et élégant de Owal, très esthétique, ainsi que son don pour la mise en scène, notamment remarquable lors de scènes explicites. Ces dernières sont, au risque de me répéter, excellentes. Les pages débordent de sensualité et d'érotisme, créant une atmosphère exaltante, enivrante et excitante. Les scènes en elles-mêmes sont bien amenées ; même si c'est parfois brusque, elles ne sont jamais vraiment vulgaires. Bref, c'est très agréable, et très réussi...
Le tome dans son ensemble est captivant ; on ne s'ennuie à aucun moment. Le récit est travaillé et connaît une réelle évolution ; tout comme ses personnages qui sont classiques mais attachants.

Plus tôt, j'ai parlé d'un récit riche. Effectivement, c'en est un ; un récit riche en émotions. Durant la lecture, on passe de la joie à la colère, des rires aux larmes. Ce n'est pas un BL qui révolutionnera le genre, mais c'est une histoire bien construite, mignonne, drôle, émouvante, osée et agréable. J'ai adoré cette lecture... J'émets cependant une réserve, un trigger-warning : elle contient une scène de "viol consenti". C'est léger, et le protagoniste qui commet ce viol, Kurono, va lui-même le regretter instantanément et explicitement exprimer ses remords. Personnellement, je suis passé outre, mais c'est tout de même quelque chose que beaucoup détestent et condamnent, à juste titre. Si cependant, cela ne vous fait pas peur ; alors je vous recommande sans hésiter de découvrir cette oeuvre ! ;)

8
Owal nous propose encore une fois un one-shot drôle, riche, osé et travaillé ! Le récit est captivant ; je ne me suis pas ennuyé une seconde, ni n'ai trouvé les chapitres redondants... Les personnages, sans être particulièrement uniques, sont réfléchis, matures et adorables... L'érotisme est également très présent, sublimant le superbe style graphique de l'autrice. Évidemment, il faut aimer l'explicite ; mais j'ai trouvé les scènes excellentes, bien amenées et excitantes... En bref, une lecture très agréable, et un nouveau coup de cœur que je recommande chaleureusement si vous cherchez un titre haut en couleur.

Achetez Sur un malentendu, ça peut marcher !T.1 chez nos partenaires

EUR 7,95

Partagez cette news :

par P'tit Citron

Je n'aime pas spécialement le citron. Je poste souvent sur Twitter, alors n'hésitez pas à m'y rejoindre ! ;)

Site/blog perso : https://twitter.com/Ptit_Citron

Contenu associé

Sur un malentendu, ça peut marcher ! (Manga), Sur un malentendu, ça peut marcher ! T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire