Critique Sous un ciel nouveau 1

Lorsque le KI-OON Mag est paru, le chapitre de SOUS UN CIEL NOUVEAU m’a marqué. J’étais impatiente d’en découvrir plus mais je dois bien avouer qu’après lecture du tome entier, la déception pend à mes lèvres. Il y a un vrai déséquilibre entre les chapitres et surtout il y a au bout du compte plusieurs histoires totalement indépendantes les unes des autres qui ne se valent pas.

Les chapitres consacrés à l’histoire « Sous un ciel nouveau » sont l’épicentre du recueil et l’unique intérêt pour le lecteur. Il est vrai que les premières pages mettent le moral en berne, entre le deuil et la maladie il ne faut pas être déprimé, mais la Famille avec une majuscule comme thème majeur touche au cœur et on prend vite plaisir à tourner les pages. Le couple de personnes âgées tout à coup tuteurs de leurs petits-enfants force le respect. L’amour transparaît sur leur visage, de même que leur détermination à toutes épreuves. Malgré les aléas de la vie, ils font corps et avancent avec le sourire. A l’image de la couverture qui les montre portant le même sac de courses tandis qu’ils prennent une côte pentue en souriant.

Et le lecteur témoin, est à fond derrière eux à les encourager, en haleine même de lire ce qui va arriver ensuite. Sauf que voilà, Kei FUJII et Cocoro HIRAI, les créateurs de ce titre, nous coupent l’herbe sous le pied en mettant précipitamment fin à leur histoire. Pas d’approfondissement des personnages, secondaires ou pas, on reste en surface, on survole sans prendre le temps de rentrer dans les détails et on dit au lecteur : ok voilà un avant-goût, si vous avez aimé tant mieux mais maintenant on passe à autre chose ! Ce fut une douche froide pour ma part car je ne m’y attendais pas (oui je n’avais pas lu les mots de l’éditeur). C’est dommage car il restait tant à partager, s’attarder sur les enfants surtout, peut-être nous faire ressentir comment ils parvenaient à s’adapter, à faire leur deuil. Comment la cohabitation s'aménageait. Le tout dernier chapitre leur est de nouveau consacré et ouf on a envie de dire car on finit sur une note positive. Reste tout le milieu qui est inutile et barbant.

Succinct aussi, je pense au « Gant de baseball de maman » qui ne nous permet à aucun moment de faire la connaissance du gamin malheureux de ne pas avoir de papa ou de sa maman apparemment très soucieuse du bonheur de son fils. Quelques pages et fiou, disparue cette histoire.

Je n’ai pas apprécié non plus « Un Bel enfant » car j’ose espérer qu’une femme à notre époque sera moins encline à pardonner l’escroc manipulateur et menteur qui tente de l’épouser pour de l’argent. Et le fait que tout à coup il se rappelle avoir une mère malade qu’il veut sauver ne devrait rien changer. Juste peut-être permettre d’oublier sa malhonnêteté. Mais, de là à lui sacrifier onze ans de sa vie… je sais qu’il faut amener de l’espoir et croire en l’humanité, mais dans ce cas précis je n’y crois pas et j’ai eu beaucoup de mal à tourner les pages.

D’autant que, l’histoire qui suit fut le pire de tout le livre. « La Dernière Leçon », je crois honnêtement que je n’ai rien compris. Peut-être une manière abstraite et moderne de philosopher sur le « vivre l’instant présent », sauf que je ne suis pas adepte de l’art moderne. Je préfère largement l’image latine du Carpe Diem façon le Cercle des poètes Disparus. Ici, c’est trop abracadabrantesque, trop incroyable pour que j’y trouve un intérêt ou que j’y accorde du crédit.

Un bon point toutefois pour Ki-OON qui nous propose une très belle édition avec sept pages couleurs qui mettent le trait de HIRAI en valeur. Un livre qui rendra bien dans votre collection.

7
Sous Un ciel Nouveau, titre éponyme de l’histoire principale de ce recueil se suffit à lui-même. On aurait d’ailleurs apprécié plus de temps en compagnie de cette famille qui se serre les coudes malgré les difficultés. Qui garde le sourire en toutes circonstances. La vie est une chienne, ce n’est pas nouveau mais cette famille nous apprend humblement à pas s’en faire et avancer. Les autres histoires sont insipides à côté et gâchent malheureusement beaucoup la lecture. Forcément je suis convaincue qu’à moitié, déçue dans un sens car j’ai l’impression de n’avoir eu que la moitié d’un livre.

Achetez Sous un ciel nouveauT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par KssioP

Continuellement l'esprit ouvert, je n'exclue aucun genre si ce n'est peut-être le genre guimauve ou Arlequin. J'aime cependant ce qui est différent, ce qui surprend. Rêveuse dans l'âme et aventurière chevronnée avec une manette en main, ma table de chevet se couvre de mangas, de romans, de cd's et d'une feuille de papier. Et bien souvent aussi d'un biscuit accompagné d'un thé car lire c'est certes bien mais avec confort et gourmandise c'est juste parfait.

Contenu associé

Sous un ciel nouveau (Manga), Sous un ciel nouveau T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

3 commentaires

Avatar de eenangel

C'est un rôle que j'avais gardé dans un coin de ma tête en me disant " un de ces 4" mais finalement après lecture de votre critique je me dis que ça va passer dans ma liste"un jour peut être" ( c'est à dire jamais :D).
Merci pour votre critique qui va me faire économiser quelques deniers.

Avatar de KssioP

Pas de quoi angel_666. Tu peux toujours essayer de le feuilleter en librairie mais oui seule la moitié du tome en vaut vraiment la peine. Oh et tu peux me tutoyer. ;)

Avatar de angel_666

Justement j'attendais que quelqu'un l'ait lu, pour m'en une idée plus précise et votre critique ne donne pas très envie de l'acheter ; car ci il n'y a que la moitié du livre qui intéressant, je passerais mon chemin. Donc merci pour cette critique très constructive et très complète.