Critique Flying Witch 1

Nouvelle licence des éditions nobi nobi!, FLYING WITCH nous introduit à Makoto Kowata, 15 ans, une innocente apprentie sorcière, un peu étourdie et légèrement maladroite mais aussi et surtout pétillante et pleine de bonne volonté, en quête d’indépendance et de nouvelles expériences, comme le veux la tradition de son peuple. Accompagnée de Chito, son chat noir, elle emménage à Aomori, en pleine campagne, chez Kei, son cousin membre du commun des mortels et Chinatsu, petite sœur pour qui ce nouveau départ va faire l’effet d’une petite tornade !

Chinatsu est un peu notre substitut, en quelque sorte, tout au long de cette lecture. Ignorant tout de la vraie nature de Makoto lorsque celle-ci débarque, la jeune fille n’aura en effet de cesse d’être surprise par le comportement de sa cousine, impressionnée par ses capacités hors du commun, voire même légèrement effrayée à la rencontre d’individus hors du commun qui vont faire irruption sans prévenir.

FLYING WITCH, c’est très amusant et ça l’est principalement parce que l’auteur focalise son attention sur un humour régulier dont la principale source se trouve dans l’attitude fantaisiste de Makoto et les réactions qu’elles suscite chez les gens « normaux ».
Bien que manipulatrice de magie, Makoto n’en est qu’au tout début de son apprentissage et si elle est considérée comme une adulte par ses semblables, la jeune sorcière a encore bien des choses à apprendre avant de devenir experte en potions et autres sorcelleries. Un manque en maturité, notamment traduisible par un excès de candeur qui ne manquera pas de divertir.
Ainsi dans le cadre paisible de sa nouvelle vie, Makoto cherchera, entre autres, à se faire une nouvelle amie en la personne de Nao, à chasser le faisan en compagnie de son l’oncle au dialecte tranchant ou encore à améliorer ses compétences de sorcière avec l’aide de sa sœur aînée, magicienne expérimentée et un brin déjantée !

Pour sa part, le visuel de la série est, sans aucun doute, le gros atout de FLYING WITCH. C’est bien simple, la luminosité et la sérénité qui se dégagent de la couverture a suffit à me convaincre à l’achat. Et l’intérieur, bien qu’en noir et blanc, est tout aussi convaincant. Derrière son apparente simplicité, le coup de crayon de CHIHIRO ISHIZUKA est d’une efficacité redoutable, notamment dans l’expressivité des personnages, qui véhicule sans problème tout un éventail d’émotions positives, drôles et apaisantes. On remarquera également qu’un soin particulier a été accordé à la construction des scènes comiques se reposant quasi uniquement sur l’agencement des cases et le défilement de la situation.

9
Pour faire bref, FLYING WITCH s’inscrit dans la tendance de ces titres « feel good » où la seule contribution du lecteur consiste à lâcher prise et à se laisser transporter avec bonne humeur. Et dans ces conditions, la recette fonctionne comme un charme. Un vrai "bol de magie" comme le dit si bien l'accroche de l'éditeur. Le fait est que l’on s’attache très rapidement à ces personnages dont le quotidien incroyablement simple est envoûtant. FLYING WITCH est un récit tranche de vie divertissant, dépaysant, rayonnant et débordant d’innocence. Une lecture ensorcelante à n’en pas douter, pour les plus jeunes mais aussi (très) grands enfants. COUP DE CŒUR !
  • Une introduction simple mais efficace !
  • Des personnages rapidement attachants et débordants de vie !
  • Un dessin vivant qui sert parfaitement l'humour !
  • De la bonne humeur à foison !
  • On veut déjà la suite !
  • On est d'accord pour dire qu'il manque des pages ?!

Achetez Flying WitchT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par Charlie One

Contenu associé

Flying Witch (Manga), Flying Witch T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire