Critique Alchimia 1

On voit de plus en plus d'éditeurs s'essayer au global manga. Pour ma part, je m'y suis que récemment intéressée et seuls les titres de Vanrah m'ont plu jusqu'à présent. Pika a décidé de soutenir le nouveau projet de deux artistes déjà bien installées dans nos contrées ; Samantha Bailly régulièrement publiée chez nobi nobi avec des contes particulièrement poétiques et Miya dont la précédente œuvre, Vis à Vis, connais une toute nouvelle édition. Amies dans la vie, les artistes ont décidée de collaborer autour d'un titre s’annonçant particulièrement frais de part sa volonté de faire voyager ses lectrices à travers un univers fantastique. Une belle idée qu’il nous tarde de découvrir !

" Nous, les alchimistes, devons voyager… Toujours avancer… Ne jamais s'arrêter car un alchimiste n'a mille autre maisons que ses semblables."

Saë, une jeune alchimiste, sillonne le royaume d’Alchimia en bateau. Avec ses compagnons de voyage, elle utilise ses dons magiques pour collecter et protéger la mémoire de son peuple. Mais la guerre éclate avec Ifen, le royaume voisin qui voue un culte à la Nature. En pleine tourmente, Saë est sauvée par Idan, jeune soldat ifénien. Accusé de trahison et condamné à mort, il trouve refuge sur le navire de Saë.
Alors que tout oppose les jeunes gens, le destin les pousse l’un vers l’autre…

"Embarquez à bord de l'atelier pour une aventure humaine, magique et chaleureuse."

Les premières pages en couleurs renferment à elles seule la promesse de s'évader en compagnie d'une troupe d'alchimistes qui d'emblée attise notre curiosité et se montre attachante. Ainsi, l'auteure installe rapidement les bases de son récit en donnant déjà un avant goût sur la façon dont va évoluer son intrigue tout en nous présentant des personnages dont on tombe rapidement sous le charme.

On découvre ainsi la pétillante et chaleureuse Sae, une jeune alchimiste des mots qui possède le pouvoir de collecter les souvenirs d'une personne, Eithel, un beau jeune homme capable d'apaiser les cœurs, chapeauté par Rubis et Vivano qui veillent sur eux. Tout ce petit monde forme une famille sans pour autant être lié par le sang. Ils mènent une vie de bohème allant de port en port pour offrir leurs services et gagner leurs vies. Ainsi, la promesse de faire voyager ses lecteurs est largement tenue que ce soit en voguant sur les eaux à bord de l’atelier (bateau) ou en s’arrêtant de ville en ville pour les voir exercer leur métier. La bonne surprise viendra également du côté très chaleureux des différents personnages qui sera renforcé par leur envie de se protéger les uns les autres mais aussi par l’admiration et l’amour qu’ils suscitent auprès de leur peuple. On a ainsi l’occasion à plusieurs reprises de voir à l’œuvre la magie bénéfique de Sae dont la mise en scène offre une dimension presque poétique au titre ; je vous conseille d’ailleurs de bien lire les petites annotations entre chaque chapitre afin de mieux en cerner l’univers.

On suivra donc au départ le quotidien bien rempli de nos alchimistes pour ensuite basculer vers une intrigue plus sombre. En effet, le royaume d’Ifen refuse la pratique de la magie et déclenche une guerre en vue d’éradiquer cette dernière. On voit ainsi des personnages auxquels on s’est rapidement attachés être pris par surprise et sombrer dans la terreur. L’auteure est ainsi parvenue à offrir un premier tome à la fois immersif et rythmé alternant moments de découvertes et scènes d’action. De plus, elle s’est parfaitement débrouillée pour nous donner envie de découvrir la raison de cette haine envers les alchimistes dont la magie semble pour l’instant très bénéfique. Une envie qui se fera plus pressante suite à la rencontre de Sae et Idan, un soldat ifenien qui lui porte secours et qu’elle décide d’aider à son tour. Samantha Bailly joue donc la carte de l’amour interdit entre deux jeunes gens que tout oppose rendant ainsi son intrigue amoureuse plutôt excitante. Elle conclut ce premier tome sur une note de suspense insoutenable donnant réellement hâte de dévorer le second tome.

" Un Shojo d'aventure comme on aimerait en voir plus souvent."

Le monde du Shojo éprouve quelques difficultés à se renouveler depuis un bon moment déjà avec des intrigues mettant souvent en scène les premiers émois amoureux et prenant place en milieu scolaire. C'est sans doute un peu réducteur et certains excellents titres parviennent tout de même à tirer leurs épingles du jeu mais lorsqu'on en lit énormément comme moi une certaine lassitude finit par se faire ressentir. C'est une des raisons pour laquelle j'ai adoré ce titre car on sent la volonté des artistes de nous faire voyager à travers un univers singulier où magie et aventures font bons ménage, le tout saupoudré d’un brin de romance pour notre plus grand plaisir ; une denrée malheureusement bien trop rare. Ce n’est d’ailleurs pas une coïncidence si mon plus gros coup de cœur shojo se trouve être Immortal rain de Ozaki Kaori paru chez Doki Doki qui est juste l’une des plus belles histoires d’amour qu’il m’ait été donnée de lire jusqu’à présent.
Particulièrement rafraîchissant, je le conseille à toutes celles qui ont envie de s’évader l’espace d’un instant aux côté de personnages ensorcelants.

Le trait de Miya est à l'image du récit qu'il porte ; chaleureux et soigné. Elle a parfaitement saisi les codes du genre et réussi à se les réapproprier en ajoutant sa petite touche personnelle; le contraste physique entre Eithel et Idan, les attack-moves, les effets de trames... Le chara design des différents personnages est abouti, l'artiste parvenant à leur donner un physique qui colle bien avec ce qu'ils dégagent ; la douceur de Saë, la chaleur d’Eithel et le charme d'Idan. Le tout est expressif, les émotions sont joliment retranscrites et viennent appuyer le ressenti du lecteur à chaque instant. Les scènes où les alchimistes utilisent leur magie sont un vrai régal et dégagent une certaine poésie. Il y a également un bel effort fait sur la mise en scène des événements avec un jeu des regards bien exploité et des scènes d'actions lisibles. Même s’il y a quelques petites approximations, on sent qu'elle a pris beaucoup de plaisir à dessiner ce premier tome, du beau travail en somme!

On soulignera le bel effort fait par les éditions Pika qui mettent joliment en valeur le travail des deux artistes. Outre, la qualité standard dont bénéficie l'ensemble de leur titre, on appréciera notamment les premières pages en couleur qui nous plonge directement dans l'atmosphère chaleureuse du titre avec son mélange de couleurs chaudes et froides. Mais la très bonne idée viendra de la jaquette réversible proposée par l’éditeur comme pour symboliser la collaboration entre les deux artistes.

8
Alchimia s’offre une très belle entrée en matière avec un premier tome réussi aussi bien sur le plan scénaristique que graphique. Entre découverte d’un monde magique, romance interdite et intrigue plus sombre, les artistes nous offrent un cocktail savoureux qui se déguste avec grand plaisir. Si vous vous sentez aventurière et romantique dans l’âme, cette série pourrait bien vous séduire. Petit coup de cœur !
  • Des personnages chaleureux et attachants
  • La volonté de nous faire voyager
  • Romance et aventure, un savoureux mélange
  • Un petit vent frais dans le monde du shojo
  • Une intrigue plus sombre
  • La carte de l’amour interdit
  • Des graphismes qui collent parfaitement à l’ambiance du titre
  • L’édition
  • Quelques petites approximations graphiques

Achetez AlchimiaT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par snoopy

Lectrice assidue et dévoreuse de mangas à plein temps. Collectionneuse dans l'âme, jamais rassasiée au grand désespoir de mes proches.

Contenu associé

Alchimia (Global manga), Alchimia T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire