Critique Toriko 33

Malgré une petite accélération des événements, le tome précédent fut particulièrement savoureux. En effet, Mitsutoshi Shimabukuro n’a rien perdu de sa capacité à nous conter de belles histoires sur ce fantastique univers qu’il a créé, on est donc quasi certain de se régaler à chaque nouveau tome. Let’s go !

Grâce à AIR, la “Reine des Denrées”, les cellules Gourmet des Quatre Rois subissent une métamorphose époustouflante ! Mais une ombre malfaisante ne tarde pas émerger, et s’abat sur Komatsu… Ce crime odieux est l’œuvre de Teppei, l’ancien Gourmet Reviver devenu membre de NEO ! Toriko et ses compères se mettent aussitôt en route pour la Zone 7 afin d’y récolter PAIR, la seule denrée capable de sauver le meilleur des cuisiniers !

On retrouve nos amis partageant Air avec tous les villageois dans une ambiance festive et chaleureuse. Après avoir constaté rapidement les changements provoqués par sa consommation, l’auteur en profitera également pour nous conter l’histoire fabuleuse des habitants du village autour d’un bon feu de camp. Une belle et surprenante révélation permettant à ce dernier la mise en place d’un background solide et bien ficelé à son intrigue de base. En effet, leurs apparences si singulières trouvent une explication à travers l’histoire de leurs ancêtres et de leurs liens particuliers avec les nitros bleu mettant ainsi en lumière la façon dont les cellules gourmet se sont retrouvées dans le corps de certains êtres. On sera donc complètement absorbés par les dires de l’ancien et on ne verra pas venir la tournure dramatique que vont prendre les événements. En effet, l’organisation Neo qui s’était faite discrète après le tournoi fait un retour très remarqué. Bien que l’affrontement soit bien vite expédié, on aura tout de même quelques explications sur la technique utilisée pour manipuler tous ses personnages autrefois alliés ainsi que la possibilité très risquée et quelque peu extrême de les libérer ; nos héros manquent un peu de compassion pour leurs camarades piégés à mon sens. Une fois le calme revenu, on sera accablé de voir l’un de nos personnage préféré entre la vie et la mort. Heureusement, il reste un infime espoir pour le sauver contraignant nos amis à partir rapidement à destination d’une nouvelle zone. Si l’auteur avait fait une pierre deux coups dans le tome précédent, il fera une pierre trois coups dans celui-ci ; une idée pas réellement gênante en soi, l’auteur restant cohérent avec son univers.

Même si j’apprécie le concept du monstre-caravane, j’aurai aimé personnellement retrouver l’esprit de la première incursion de Toriko dans le monde gourmet. Effectivement, il manque le petit côté aventure que pourrait offrir un voyage à pied qui aurait été plus immersif et dépaysant à mon sens. Cela dit, l’histoire et le fonctionnement de l’île rattrape le coup surtout que le principe de la hiérarchie des habitants est bien trouvé et colle bien avec son peuple simiesque. Par contre, tout s’enchaine assez vite avec un comité d’accueil donnant rapidement le ton à peine mis un pied à terre pour ensuite très vite passer à autre chose à savoir la rencontre d’un mystérieux guide. On appréciera l’histoire des lieux et la nostalgie qui s’en dégage, un petit flash-back plus conséquent aurait été des plus sympathiques mais l’essentiel est fait ; l’idée de la plante est bien trouvée également et constitue un bon subterfuge pour éviter à nos amis des combats inutiles.

Enfin, le mode de vie des habitants de l’île va réellement nous interpeller en fin de tome avec une scène assez glauque renforçant notre envie ainsi que celle de Toriko de vouloir changer la donne. La scène d’action qui suivra sera loin d’être le meilleur et servira plus d’étalage à toutes les techniques de combat acquises par nos hunters. Même si toutes les idées sont très sympa, l’absence d’enjeu et de tension ne nous permettra pas de ressentir le frisson que procure les scènes d’action à l’accoutumée ; cela n’engage que moi bien sûr. D’ailleurs, je n’ai pas bien compris la technique utilisée par coco à la fin mais je suis sans doute passée à côté d’une explication.

7
Encore de très bonnes choses dans ce nouvel opus, la lecture nous divertit sans difficulté malgré une accélération des événements qui commence à se faire réellement ressentir notamment dans les scènes d’action où Toriko explose tout en quelques secondes. Malheureusement, ce genre d’épisode risque de se reproduire fréquemment vu qu’il ne reste que dix tomes à l’auteur pour conclure son récit. J’imagine que je ne dois pas être la seule à s’inquiéter de voir l’un de ses nekketsu préféré complètement bâclé sur la fin. Wait and see. Note: 7.5/10

Achetez TorikoT.33 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par snoopy

Lectrice assidue et dévoreuse de mangas à plein temps. Collectionneuse dans l'âme, jamais rassasiée au grand désespoir de mes proches.

Contenu associé

Toriko (Manga), Toriko T.33

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire