Chronique : Sk8r's 1

Akio a 10 ans quand il découvre celui qu’il baptise « l’homme volant » : un skater de génie virevoltant dans les airs dans des figures acrobatiques. Impressionné, Akio ne va cesser de se perfectionner sur son skate, la nuit. À 16 ans, Akio est devenu un skater prodigieux mais qui cache son talent notamment à une mère trop protectrice. Il rêve en secret de participer à des tournois, mais pour cela, il devra se faire connaître, s’exposer au grand jour et donc… avouer sa passion à sa mère…

Un manga sur le skateboard, original non ..? Tout le monde a entendu parler de ce sport durant son adolescence. On a tous connu cet ami au lycée qui venait tous les matins sur sa planche à roulettes à l’école. SK8R’S va nous plonger plus en détails dans ce domaine. N’étant pas un grand fan de la discipline, c’est avec une certaine curiosité que je commence cette série.


© 2014 Hajime Tojitsuki

Dès le départ, Akio rencontre celui qu’il surnomme « Prof » dans les rues de son quartier. Dans un premier temps intrigué, il va très vite être en admiration devant tant de prouesse technique. Le mangaka prend soin d’expliquer chacune des figures réalisées par Prof. Les novices ne seront pas totalement perdus. On en apprend également plus sur l’histoire du skate et les mythes qui y sont rattachés. Hajime TOJITSUKI revient sur les clichés de cette discipline qu’il souhaite certainement dénoncer. Comme quoi le skateboard, c’est juste fait pour les voyous par exemple. On voit bien que l’auteur est un passionné et ça se ressent dans la narration. Il y a une certaine émotion qui se dégage. Le tout accompagné de protagonistes rapidement attachants qui font passer une lecture plaisante. Il y a comme une sensation de liberté en faisant du skate et c’est certainement le souhait de l’auteur.

Venons-en dès à présent à l’objectif que s’est fixé Akio qui souhaite devenir le meilleur dans sa discipline. On va donc suivre son évolution tout au long du tome. Le schéma narratif est malheureusement trop classique et il n’y a pas vraiment de surprises dans l’intrigue.


© 2014 Hajime Tojitsuki

Une fois l’introduction terminée, nous suivons Akio qui est désormais au lycée où les choses sérieuses vont commencer. Toujours accompagné de Fukusuke (son ami d’enfance), Akio va voir sa popularité grimper grâce aux vidéos de ses prestations qu’il poste sur les réseaux sociaux. Il va également devoir faire face à la concurrence car il y a de nombreux skateurs doués sur le net. Grâce à ses vidéos, il va faire la rencontre d’un autre passionné qui va lui faire découvrir les compétitions de skate. Le principal problème dans cette série, c’est qu’on a l’impression qu’Akio réussit vraiment toutes les figures de skate qu’il tente. C’est certainement dû au fait qu’on n’a pas pu observer sa marge de progression pendant 5 ans, mais du coup on a la sensation qu’il n’y a pas beaucoup de difficulté.

Le mangaka propose un dessin fin et épuré plutôt agréable mais les planches manquent parfois de décors. De plus, le chara design est relativement simple et on a parfois du mal à distinguer les figures de skateboard, les mouvements de la planche.

Commentaires (0)