Chronique : Les enfants de la baleine T.1

Découverte de cette nouvelle série avec Skeet

Dans un monde où tout n’est plus que sable, un gigantesque vaisseau vogue à la surface d’un océan de dunes. Il abrite des hommes et des femmes capables pour beaucoup de manipuler le saimia, un pouvoir surnaturel qu’ils tirent de leurs émotions. Ce don les condamne cependant à une mort précoce.
À bord de la “Baleine de glaise”, ils vivent leur courte vie coupés du reste du monde. Jusqu’au jour où, sur un vaisseau à la dérive, le jeune Chakuro fait une étrange rencontre…


La baleine de glaise

Abi UMEDA, l'auteure de ce manga, nous invite à prendre place à bord de la baleine de glaise, une île à la dérive sur un océan de sable. Futur, passé, difficile de dire à quelle époque se situe l'action mais une chose est sûre, vous allez perdre tous vos repères. Le manga débute sur un enterrement décrit avec poésie. Ou plutôt un "ensablement". C'est l'occasion pour le lecteur de commencer à découvrir les us et coutumes des habitants de l'île. Car s'ils sont bien humains, certains d'entre eux, les marqués, possèdent des pouvoirs de type télékinésie. Cependant, ces pouvoirs réduisent considérablement leur espérance de vie qui n'excède pas 40 ans. C'est pourquoi ce sont des "non marqués" qui dirigent l'île (il représentent seulement 10% de la populatation).

 

© ABI UMEDA 2013


L'auteur nous met à la place des habitants lambda de la baleine de glaise : on ne sait pas grand chose sur elle ni pourquoi elle erre sur une mer de sable. Seuls les anciens connaissent son secret. Les habitants se sont résignés à vivre dans l'ignorance et à survivre sur ce que certains considèrent comme une prison flottante. Mais ce n'est pas le cas de Chakuro, le héros de cette histoire. Ce jeune scribe se dit atteint d'hypergraphie. Il ne peut s'empêcher de noter tout ce qu'il se passe sur la baleine de glaise afin de transmettre ceci aux générations futures.

La baleine de glaise est la véritable "star" de ce manga. Elle est mystérieuse, possède une architecture atypique faisant un peu penser à la Sagrada Familia de Barcelone et demeure vitale pour ses habitants qui essaient de vivre leur vie sur ce petit bout de terre. L'auteure ne manque pas de nous faire découvrir au fur et à mesure les différentes parties de l'île afin que l'on comprenne l'oganisation qui a été mise en place. L'immersion graphique est immédiate grâce à des dessins faisant bien transparaître la sensibilité de l'auteure et un soin tout particulier apporté à la baleine de glaise.

 

Sommes-nous seuls ?

C'est la question principale que se posent les habitants de la baleine de glaise mais ils vont vite avoir leur réponse quand il vont voir une autre île se profiler à l'horizon sur laquelle ils vont trouver une jeune fille dont vont grandement se méfier les sages de la baleine de glaise. On ne nous dit pas tout ! De plus, la jeune fille semble connaître l'île sous le nom de "Phaleina"...

Cet évènement va raviver la flamme de l'aventure dans le coeur de certains habitants puisque cela confirme qu'ils ne sont pas les seuls survivants dans ce monde qui semble avoir subi une sorte de cataclysme. Leur soif de vérité va leur apporter quelques réponses dans la seconde partie de ce premier tome.


 © ABI UMEDA 2013

 

L'enjeu des émotions

Tout au long du manga, l'auteure insiste sur un point bien particulier : les émotions. En effet, elles semblent être l'enjeu de cette histoire. Déjà, dès les premières pages, lors de l'enterrement d'une "marquée", on apprend qu'il n'est pas bon de pleurer "au risque d'être appelé par les âmes qui dorment dans les profondeurs". de manière générale, quand les habitants sentent qu'ils vont exprimer leur émotions, ils entrelacent leurs doigts comme s'ils priaient, afin de ne rien laisser échapper.

Cet aspect est plutôt intéressant, surtout qu'il participe au mystère ambiant du manga. Pourquoi une telle pratique ? Sont-ce les émotions des humains qui ont mené à cette situation ? On le découvrira probablement par la suite.
 

Commentaires (0)