Chronique : Treat me gently, please - Akira story

Snoopy vous dit tout sur ce one shot


Plusieurs années après leur rupture, Akira n’a toujours pas oublié Sanada, son ancien professeur. Aussi quand un de ses collègues lui fait des avances et que son petit frère lui avoue son attirance pour Sanada, Akira se retrouvera confronté à un choix difficile…

Souvent, il m’arrive de me balader dans les rayons de ma librairie préférée à la recherche d’une nouvelle série. Dans ces moments-là, je me dirige vers la couverture qui m’attire le plus. Et cette fois-ci, c’est Treat me gently, please – Akira Story signé Yonezou Nekota qui m’a tapé dans l’œil.

Une auteure qui ne m’était pas inconnue puisque j’ai eu le plaisir de la découvrir avec sa précédente série, Gods of arms parue aux éditions Asuka. Le trait de l’auteure m’avait tout de suite plu mais le récit n’était pas assez abouti et j’étais restée sur ma faim.

La mangaka donne ici le premier rôle à Akira, le cousin de Maya pour ceux qui ont lu la série principale.

Akira qui étudie sérieusement à la faculté de droit et qui souffre d’une rupture amoureuse. Malgré les années, il n’a jamais réussi à oublier son premier amour et a du mal à se reconstruire. Désespéré et frustré, il se jette dans les bras de Naoya, étudiant en médecine, qui est tout le contraire de la personne qu’il a aimé.

La thématique de départ est loin d’être originale puisqu’il s’agit d’une peine de cœur mais la façon dont se reconstruit le personnage principal et les sentiments ressentis sont rarement aussi juste et aussi efficacement mis en scène.

Les flash-back sont efficaces et ponctuent intelligemment le récit.  Et pour finir, l’accès aux pensées des personnages permet au lecteur d’être au cœur du récit et de bien ressentir les émotions qui s’en dégagent.

Les ébats sont érotiques et sensuels. Le fait que ce soit de jeunes adultes et qu’ils ont un certain sex-appeal y est sans doute pour beaucoup. Dans la série principale, les scènes érotiques sont très nombreuses et nettement plus trash. Ce qui peut en rebuter plus d’un. Ce n’est pas le cas ici, elles sont joliment mises en scènes et ne dominent pas le récit.

De plus, l’auteure ne base pas son récit uniquement sur les états d’âmes d’Akira mais réussit à donner de la consistance à ses personnages secondaires. Naoya qui essaie de le conquérir mais se retrouve face à un mur, puisqu’Akira par peur de souffrir à nouveau ne se laisse pas porter par ses sentiments, et finit par prendre des risques quitte à risquer de le perdre. Il y a aussi les regrets qu’éprouve Mr Sanada et le brother complex qu’éprouve Jûta.

Concernant ce dernier, j’ai particulièrement aimé la relation compliquée entre les deux frères. Le personnage de Jûta est vraiment intéressant et charismatique. Possessif et manipulateur avec son frère, l’auteur a su faire monter la pression entre eux au fil de son récit et c’est franchement une réussite.

Autant d’éléments qui rendent les personnages attachants et qui se goupillent parfaitement pour nous offrir un récit abouti et passionnant.

 

Hidokushinaide Takanashi Akira hen © Yonezou Nekota 2014 Originally published in Japan in 2014
by Libre Publishing Co.,Ltd.Tokyo


En ce qui concerne les graphismes, on reconnait bien le style de Yonezou Nekota. Les personnages sont très beaux et terriblement sexy. Les personnages ne se ressemblent pas et chacun possède un chara-design soigné. Elle a le souci du détail surtout lorsqu’il s’agit des expressions et des émotions qu’éprouvent les différents personnages comme la peur ou la souffrance qui sont très bien retranscrites grâce à son trait. Les changements qu’on peut lire sur le visage d’Akira, qui en temps normal est assez inexpressif, permettent de mieux cerner ce qu’il ressent et le rendent encore plus attachant. Le découpage des cases est fluide et sert parfaitement le récit.

Toutefois,  Les arrière-plans sont un peu vides. Le tout est très esthétique et les dessins contribuent vraiment à la qualité de la série.

 

Hidokushinaide Takanashi Akira hen © Yonezou Nekota 2014 Originally published in Japan in 2014 
by Libre Publishing Co.,Ltd.Tokyo

 

Côté édition, rien à redire. Il est bien spécifié au dos qu’il s’agit d’un spin-off et les pages en couleurs sont vraiment du plus bel effet avec ces tons gris-bleu et mettent en valeur le trait de l’auteure.

Si vous n’avez pas lu la série principale avant, ce n’est pas trop gênant et cela reste tout à fait compréhensible. Mais si vous en avez l’occasion, c’est mieux de la lire car Akira joue un rôle secondaire plus ou moins important et surtout on y découvre ce qui s’est réellement passé entre Mr Sanada et Jûta, le petit frère d’Akira.

Commentaires (0)