Interview Takuto Kashiki auteur de Minuscule

L'auteur a répondu à nos questions

Rencontre avec Takuto Kashiki, auteur de la série Minuscule dont le premier tome est paru chez Komikku en février 2015.

 

 


Manga Sanctuary : Pourriez-vous vous présenter et résumer votre parcours ?
Takuto Kashiki : Bonjour, je m'appelle Takuto Kashiki, je suis mangaka.
J'ai fait des études dans une université qui enseigne le manga.
Je suis ensuite allé à Tōkyō, où j'ai continué à dessiner des mangas dans des dōjinshi, et l'un de mes dessins fut repéré par madame Morioka, qui allait devenir mon éditrice. C'est elle qui m'a fait débuter dans le milieu professionnel du manga.

Elle m'a dans un premier temps fait réaliser trois histoires en un chapitre dans le magazine de prépublication pour lequel elle travaille, parmi lesquelles une histoire qui parlait déjà des aventures de Hakumei et Mikochi. Ce chapitre ayant eu énormément de succès, nous avons décidé de le transformer en série.

MS : Comment vous est venue l'idée de Minuscule ?
TK : En fait, plus petit, j'adorais lire des livres illustrés qui racontent des histoires de petites souris ou de petits personnages, des nains, par exemple. J'ai toujours été attiré par le monde des petits êtres, et je m'étais juré d'un jour dessiner un manga sur cet univers.

MS : On retrouve de nombreux points communs avec Le Vent dans les saules, de Kenneth Grahame. Cette oeuvre vous a-t-elle inspirée ?
TK : En fait, je ne connaissais pas ce titre, mais lors de ma séance de dédicaces à Strasbourg, un de mes fans m'en a parlé, et m'a indiqué que c'était un roman, qui avait été adapté en BD, et ça m'intrigue beaucoup puisque vous m'en parlez aussi, j'ai donc décidé de les acheter.

MS : Vos dessins sont absolument magnifiques, aussi bien les animaux que les décors. Qu'est-ce qui vous prend le plus de temps ?
TK : En fait, il n'y a pas d'objet ou d'animal en particulier qui me prend plus de temps que les autres, mais si je décide de dessiner en entrant dans les détails, je n'en finirais plus. Il faut que j'arrive à me fixer des limites... Un fois que je me lance et que je n'ai plus de limites, ça me prend plus de temps, mais il n'y a pas d'élément spécifique  qui me prenne plus de temps que le reste.

MS : Quel âge approximatif ont Hakumei et Mikochi ?
TK : On peut estimer qu'elles sont au milieu de leur vingtaine.

MS : Y a-t-il une raison pour avoir choisi de centrer le récit sur un binôme féminin, plutôt que mixte ou masculin ?
TK : Je voulais absolument que ce soit une histoire d'amitié entre deux personnes qui vivent ensemble ; s'il s'agit d'un garçon et d'une fille, ça finit toujours en romance, et dans le cas de deux garçons, je trouve que ce n'est pas très joli à dessiner. J'ai donc opté pour deux filles.

MS : La nourriture est très présente dans votre titre. Préférez-vous cuisiner de bons petits plats ou les manger ?
TK : Je demande un joker : j'aime les deux.

MS : Avez-vous eu le temps de goûter à des spécialités culinaires belges ou françaises, et si oui, lesquelles ?
TK : Oui. J'ai tout pris en photo, j'ai également pris plein de notes, et si je commence à faire la liste de tout ce que j'ai mangé, ça risque de prendre du temps !

MS : Quels mangas lisiez-vous plus jeune, et quels mangakas vous ont influencé ?
TK : Mon livre préféré quand j'étais petit est un manga de Noriko Sasaki, Dôbutsu no oisha-san (Le docteur des animaux).
En ce qui concerne le graphisme, j'ai beaucoup été influencé par Dragon Ball d'Akira Toriyama, évidemment, ainsi que par Akihiro Yamada (auteur de Beast of the East et illustrateur des romans des 12 Royaumes)

MS : Quel effet cela vous fait-il en tant que mangaka de savoir que vous êtes lu et apprécié en France ?
TK : Vous savez, je ne sais faire qu'une seule chose, dans la vie, c'est de dessiner des mangas, alors évidemment, ça me rend heureux de savoir que des gens, quelle que soit leur nationalité, lisent mes mangas.

MS : Comment avez-vous trouvé vos fans français et belges ?
TK : Je ne peux pas avoir une opinion sur tout le lectorat français, mais à en juger par ceux qui sont venus à mes séances de dédicaces, il est d'abord plus mixte : le public qui s'est déplacé à ma seule séance de dédicace au Japon était essentiellement masculin, alors qu'ici, en France, il y a des hommes, des femmes et, surtout, des gens de tous les âges ! C'est ce qui m'a surpris.

MS : Auriez-vous un message pour vos fans français ?
TK : J'espère que vous continuerez à suivre fidèlement les aventures de Mikochi et Hakumei qui ne manqueront pas de vous régaler et de vous faire rire !

Un grand merci à Takuto Kashiki, à toute l'équipe de Komikku, mais aussi aux personnes m'ayant aidé pour les questions.

Partagez cette news :

par Tori

La lune se lève Vers la mer qui jaunit Se traîne un crapaud.

Contenu associé

Takuto KASHIKI, Minuscule (Manga), Komikku Editions

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

3 commentaires

Avatar de Tori

[quote="JohnnyBoy44":19by13qs](Sympa les dédicaces, en plus t'en as eu deux toi ! Privilégié, va ;) Sans compter ton prénom en katakana)[/quote:19by13qs]
J'ai fait la queue pour en avoir une... et j'ai eu la suivante après l'interview. Mais il n'en faisait que sur le manga (c'est pour ça que j'ai les deux sur le même), même si j'ai vu deux privilégiés : la traductrice (du manga) en a eu une sur un shikishi (en même temps, c'est la traductrice), et les gens de chez justfocus (il me semble), qui l'ont filmé en train de dessiner... du coup, sur une grande feuille.

Je demande toujours mon nom en katakana... Sauf qu'ici, le reste du texte est en français, ça fait bizarre.

En parlant de dédicaces, c'est assez marrant : j'ai vu Shinichi Sakamoto et Tetsuya Tsutsui se faire des dédicaces mutuelles (ou plutôt, j'ai vu Tsutsui faire une dédicace pour Sakamoto sur le tome 1 VF de Poison City, l'apporter à Sakamoto, et revenir avec une dédicace de ce dernier sur le tome 1 VF d'Innocent), de même que j'ai vu Takuto Kashiki et Satoe Tone se dédicacer mutuellement leurs albums VF... ~___^
Les auteurs japonais (bon OK, Satoe Tone vit en Italie) profitent des salons français pour s'échanger leurs dédicaces !

Tori.

Avatar de JohnnyBoy44

Sympa l'interview :) Pour avoir également rencontré l'auteur, il semblait vraiment très sympathique, ce que confirme a priori cette interview.

(Sympa les dédicaces, en plus t'en as eu deux toi ! Privilégié, va ;) Sans compter ton prénom en katakana)

Avatar de Tori

Ça fait bizarre de voir apparaître un message de soi-même dans la liste des messages non lus... ~___^

Tori.