Chronique : Rudolf Turkey T.1 chez Komikku

Découvrez nos premières impressions sur le nouveau Seinen des éditions Komikku

 

Son nom : Rudolf Turkey.
Ses atouts : l’argent et le pouvoir.
Son caractère : arrogant et insolent.
Les raisons d’en vouloir à sa vie : infinies.

“Saviez-vous que de tous les gens qui ont braqué une arme sur Rudolf Turkey, aucun ne s’en est jamais sorti indemne ?”

États-Unis, années 50. Rudolf a une conception toute personnelle de la justice. Adjoint au maire de la métropole Gond Land, il aime l’argent, le pouvoir et les femmes. Découvrez le quotidien hors du commun de cet homme aux appétits insatiables et aux ennemis innombrables. Une aventure palpitante et jubilatoire !

Titre : Rudolf Turkey T.1
Editeur français : Komikku
Date de sortie : 09/10/2014
Dessinateur : Hiroko NAGAKURA
Scénariste : Hiroko NAGAKURA

Série terminée en 7 tomes

 

ARROGANT, EGOISTE ET FIER DE L'ETRE

Rudolf Turkey est ce que l'on pourrait appeler un anti-héros. Il est beau, riche mais ne fait rien pour se faire aimer et dit clairement ce qu'il pense même si c'est parfois politiquement incorrect. Pourtant, en tant qu'adjoint au maire, on aurait pu penser qu'il serait plus diplomate et serviable ! Il va privilégier son intérêt plutôt que celui des autres.

Une des premières scènes du manga témoigne de ce constat et nous dresse un portrait peu glorieux de Rudolf.

© 2013 Hiroko Nagakura / PUBLISHED BY KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN


Mais cette attitude hors du commun pour un des hommes les plus importants de la ville est justement ce qui fait le "charme" de Rudolf Turkey. Mais quand il décide d'agir, rien de lui résiste et son efficacité est sans faille. Pas compliqué quand on a tant de moyens à sa disposition ! Si vous avez un problème et que vous voulez qu'il agisse dans votre sens, priez pour qu'il y voit un intérêt, sinon pas la peine d'espérer.

 

© 2013 Hiroko Nagakura / PUBLISHED BY KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN

 

Si on ajoute le fait qu'il est toujours entourés de belles femmes, on pourrait penser qu'il a tous les vices...et ce n'est pas faux ! D'ailleurs, la ville dont il est le maire adjoint et qui porte le nom étrange de Gond Land dans ce monde imaginaire des années 50 créé par l'auteur, n'est autre que l'ater ego de Las Vegas dans le monde réel.

A priori, ce personnage de Rudolf Turkey n'a pas le profil idéal pour séduire le lecteur mais malgré tout, on le prend en sympathie car on le sent capable de tout s'il se motive un peu. Son comportement peut paraître cruel mais l'ambiance du manga est tellement bon enfant qu'on lui pardonne.

 

HUMOUR, ACTION ET BELLES FILLES

Rudolf Turkey se présente comme un pur divertissement sans vraiment chercher à nous proposer autre chose. Pour le moment, on se contente de petites histoires à l'intérêt scénaristique limité mais qui font la part belle à l'action. Le second degré est de mise avec les méchants pas si méchants et des affrontements qui ne font pas vraiment de dégâts humains. La légèreté est de mise.

L'intérêt prononcé pour les femmes et la charisme de Rudolf Turkey font inévitablement penser à un certain Ryô Saeba. Mais juste en surface car Rudolf est bien moins lourd et obsédé que Ryô bien que tous les deux aient un point commun : rien ne leur résiste, sauf la demoiselle convoitée... D'ailleurs, on voit que l'auteur a pris un soin tout particulier à dessiner les jeunes femmes et c'est plutôt réussi de ce côté !

© 2013 Hiroko Nagakura / PUBLISHED BY KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN

 

RUDOLF...MAIS A PART CA ?

Rudolf Turkey est, certes, le héros de cette histoire vous l'aurez compris, mais on pourrait même dire qu'il monopolise toute l'attention de l'auteur autant côté scénario que côté dessins. On a souvent droit à de belle planches où notre héros est à son avantage...la grande classe.

© 2013 Hiroko Nagakura / PUBLISHED BY KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN

 

Le personnage de Rudolf est vraiment prédominant et ne laisse que peu de place aux autres malgré quelques tentatives de mise en avant de la part de l'auteur. Mais malgré tout, à la fin de ce tome, on ne sait presque rien sur lui. On sait juste qu'il compte devenir maire à la place du maire dès que le mandat de celui-ci sera terminé. Mais sinon, rien sur son passé.

Les autres personnages récurrents se résument à ses assistants qui essaient d'arrondir les angles et de sauver les apparences face au comportement de leur boss !

En tout cas on sent clairement que Hiroko NAGAKURA est plus dessinateur que scénariste. Et côté dessin, il est doué, notamment pour le chara-design de Rudolf.

 

EN BREF

Rudolf Turkey est un divertissement qui jongle entre humour et action sans vraiment exceller dans un des domaines. Les petites histoires qui composent ce premier tome n'ont pas grand intérêt mais nous donnent un bon aperçu du personnage atypique de Rudolf Turkey. Le rythme est soutenu et la lecture plutôt fluide mais ceci n'empêche pas de tomber parfois sur des planches relativement confuses.

Malgré des dessins résussis et une ambiance propice aux scènes comiques, ce premier tome ne laisse pas un souvenir mémorable. Il semblerait que nous soyons face à une série à prendre comme elle vient sans en attendre plus. La suite me fera peut-être mentir mais pour le moment, rien d'exceptionnel mais rien de réellement mauvais non plus.

 

LES + LES -

- Les dessins
- Le personnage de Rudolf Turkey atypique

- Scénario très léger
- Personnages pas du tout développés
- Parfois confus

 

Note :
6/10

 

Plus d'infos sur la série : VOIR LA FICHE DE RUDOLF TURKEY

 

Commentaires (0)