Critique Winged mermaids 1

Dans nos contrées, le mangaka Etorouji Shiono s’est surtout fait connaitre grâce à sa série Ubel Blatt parue aux éditions Ki-oon et toujours en cours à l’heure actuelle. Après s’être illustré dans la dark fantasy, il s’est également essayé au space opera avec la série Zelphy parue intégralement aux éditions Doki-Doki et totalisant cinq tomes. Rare sont les auteurs sortant en permanence de leur zone de confort et s’essayant ainsi à de multiples genres prenant ainsi le risque de ne pas plaire, le mangaka réitère et fête son retour en septembre chez Doki-doki avec cette fois ci un récit de guerre venant tout juste de trouver sa conclusion dans son pays d’origine. Achevée en trois volumes et publiée de 2015 à 2017 dans le magazine Young King Ours (anus beauté, zelphy, …) de shonen Gatosha, le récit nous emmène dans une lutte de pouvoir où intrigues politiques et combats aériens s’entremêlent dans un monde imaginaire recouvert par de vastes étendues d’eau. Pour ma part, ce sera le tout premier titre de l’auteur que je découvrirai et qui de par sa petit touche aéronautique a réussi à m’intriguer annonçant une petite série tout à fait sympathique à lire au premier abord. Alors que donne cette première incursion dans ce nouvel univers imaginé par  Etorouji Shiono ?

« C’est simple, tu vas servir de doublure au prince durant les cérémonies qui débuteront demain… »

Dans un monde recouvert par les eaux, la guerre fait rage dans les airs comme sur la mer, grâce aux hydravions d’un nouveau genre. Convoqué par sa sœur Misuzu, capitaine de l’armée de l’air d'Aizen, Ishito Suzuki, pilote pour une compagnie aéropostale, est prié de prendre la place du prince Asagito, menacé par une nation rivale. Rapidement, la paix vole en éclats alors qu’un bombardier s’écrase sur leur base. Blessé, Ishito est envoyé sur un navire d’entraînement où il rencontre cinq jeunes femmes, bien décidées à devenir pilotes pour défendre leur pays. Misuzu profite alors de la ressemblance entre Ishito et Asagito pour échafauder un plan de contre-attaque… Retrouvez un monde constellé d’îles paradisiaques en proie à une guerre aérienne qui déchire les peuples !

« Un premier tome agréable et immersif sur bien des aspects avec une intrigue parée de solides bases et d’une note de fraîcheur grâce à son environnement particulier »

Les premières pages en couleur nous mettent tout de suite en condition pour apprécier la lutte de pouvoir géopolitique complexe que l’auteur s’appliquera à nous détailler tout au long de ce premier volume. Bien que cette dernière ne se révèle pas très originale puisqu’elle relate les conflits entre un pays qui a soif de puissance et un autre qui tente de se protéger grâce à une alliance fondée durant la précédente guerre de la domination du premier, on se laisse malgré tout embarqué par ce que nous propose le mangaka qui réussit malgré tout à nous intriguer de par la spécificité suffisamment bien exploitée de l’environnement dans laquelle elle prend place.

La paix fragile qui s’était installée vole très vite en éclat puisqu’on assiste dès le premier chapitre à une première manœuvre assez musclée de l’un des deux clans offrant alors un début rythmé au récit. Juste avant, on fera rapidement la connaissance de nos deux principaux protagonistes qui se révèlent tout deux intéressant de par leur passé de héros de guerre  même si les flash back concernant leurs faits de guerre sont beaucoup trop court à mes yeux. C’est d’ailleurs un des petits bémols de ce premier tome, l’auteur se montre très généreux quand il s’agit de nous fournir des explications géopolitique mais un poil avare sur le passé des personnages et sur la précédente guerre. Dommage car l’auteur possédait pourtant une bonne carte à jouer afin de permettre à ses lecteurs de ressentir un peu plus de frissons en accentuant plus fortement cette touche d’héroïsme et de nostalgie, on aurait aimé assister plus longuement aux combats aériens de la précédente guerre. Le récit aurait ainsi gagné en intensité mais peut-être que ce dernier y reviendra dans le prochain volume.

Ensuite, la pression redescendra d’un cran permettant à l’auteur de nous présenter toute une nouvelle panoplie de personnages. Si le début est porté sur l’action, le petit côté tranche de vie durant les deux chapitres suivants sera tout aussi sympathique quoique cassant du coup un peu le rythme. Bien que la galerie de personnages ne brille pour le moment pas par leur personnalité ultra développée, cette petite vague d’héroïnes très mignonnes se veulent tout de même attachantes de par leur souhait de participer à l’effort de guerre très ancrée en elles. Elles se distinguent toutes par leur envie de réaliser leurs propres rêves et auront probablement un rôle à jouer plus important si on en croit la tournure prise par les évènements durant le dernier tiers du tome et le fait qu’elles se soient liées d’amitié avec l’un de nos deux héros resté en stand-by durant ce temps là.

Enfin, l’intrigue s’accélère de nouveau avec l’apparition de ce qui sera très probablement l’antagoniste principale du récit. Bien qu’à nouveau très vite évoqué et doté d’un élément récurrent dans ce genre d’histoire, le passé de cette dernière offre une certaines légitimité à ses actes et elle nous fait malgré tout une forte impression pour de nombreuses raisons. Doté d’un certain charisme rappelant les personnages nés pour être leader, elle fera preuve de culot au vue de sa position et sera sans pitié pour ceux qu’elle considère responsable de son malheur. Elle se révèle assez humaine puisque ses actes ne sont pas guidés par un simple soif de pouvoir mais plutôt par sa soif de vengeance et son envie de dénoncer certains faits de l’actuelle alliance. Elle frappera de nouveau un coup fort qui changera du coup la donne et renforcera considérablement la position de l’ennemi. L’un de nos héros du début du récit se trouvera alors en mauvaise posture mais ne se démontera pas pour autant échafaudant rapidement une stratégie qui a déjà fait ses preuves obligeant à nouveau notre deuxième héros à se mettre en danger. Plus axé sur des phases d’action comptant quelques beaux combats aériens à son actif, on espère voir le récit se poursuivre sur cette même dynamique plus explosive et plus généreuse en termes d’affrontement dans le prochain tome. En attendant, on tourne la dernière page agréablement divertit !            

De nombreuses bonnes surprises côté graphisme sont également à noter entre les décors soignés, les costumes bien imaginés, des appareils de combats en grand nombre aussi réalistes que détaillés, un certain dynamisme grâce aux multiples angles de vue joliment travaillé par le mangaka, l’immersion est clairement au rendez-vous. Par contre, on déplore une certaine inexpressivité chez les personnages dont certains nous apparaissent du coup un peu apathique. L’ensemble reste très agréable !     

Concernant l’édition, Doki-Doki remet une bonne copie grâce à de belles pages en couleur, un papier épais et de bonne qualité ainsi qu’une traduction fluide qui colle bien à l’ambiance du récit.

7
Des débuts réussis pour ce premier volume de Winged mermaid, généreux en explications concernant son intrigue géopolitique et immersif grâce à son univers particulier mêlant combats aériens et récits de guerre paré de sa patte graphique soignée contribuant largement à son ambiance. On souhaite voir malgré tout les personnages être plus développés et le récit entrer dans une phase d’action plus intense nous régalant alors de ses affrontements qui on l’espère occuperont une place plus importante dans la suite.

Achetez Winged mermaidsT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par snoopy

Lectrice assidue et dévoreuse de mangas à plein temps. Collectionneuse dans l'âme, jamais rassasiée au grand désespoir de mes proches.

Contenu associé

Winged mermaids T.1, Winged mermaids (Manga)

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire