Interview de Cécile Corbel, compositrice de Karigurashi no Arrietty

La française du dernier Ghibli !

Le 17 Juillet dernier est sorti dans les salles obscures japonaises, le dernier film du studio Ghibli : Karigurashi no Arrietty. Cécile Corbel, musicienne française a travaillé sur la bande son de ce film et nous accorde quelques minutes pour nous donner ses premières impressions.

 

 

Manga Sanctuary : Depuis plusieurs mois maintenant, on parle de vous comme la petite française du nouveau Ghibli, attendu par beaucoup de fans de japanimation en France.
Quand et comment a commencé votre collaboration avec le célèbre studio japonais?

Cécile CORBEL : Cette aventure a commencé il y a plus d'un an, à la fin du printemps 2009.

Fin 2008, j'ai sorti un nouvel album en France, "songbook vol2" et j'ai eu l'idée un peu folle de l'envoyer au Studio Ghibli comme un "cadeau" d'une fan. J'avais glissé un petit mot pour les remercier pour leurs films, mais je n'avais pas mis mes coordonnées.

Le hasard a voulu que le disque arrive a destination, atterrisse sur le bureau du producteur Suzuki-san, qu'il écoute le disque et que celui ci le séduise au moment même où il cherchait une idée pour la musique du futur film "Karigurashi no Arrietty". Il y a donc une succession de hasards et beaucoup de chance à l'origine de cette rencontre.

Il m'ont retrouvée grâce à mon site internet et m'ont contacté à la fin du mois de Mai 2009.

J'ai composé la première chanson du film "Arrietty's song" au mois de juin 2009 avec mon complice musical Simon Caby, puis le studio nous a commandé une seconde chanson, puis trois autres, puis 10 autres, et au cours de l'été 2009 on nous a demandé de faire toute la musique du film.

Nous avons tout enregistré à Paris chez nous avec les musiciens qui travaillent habituellement avec moi, et nous nous sommes rendus régulièrement à Tokyo pour échanger avec les équipes du film.

Ce projet a représenté presque un an de travail.

 

 

MS : Karigurashi no Arrietty est sorti le 17 juillet 2010 au Japon et rencontre un franc succès. Avez-vous eu des retours de la part des spectateurs concernant votre travail?

CC : Le studio Ghibli a souhaité que je participe à toute la campagne de promotion du film au Japon autour de la sortie du film. Celle ci a duré 50 jours et cela a été une façon extraordinaire de découvrir le Japon. J'ai donc pu, lors des interviews télé, radio ou des concerts, échanger avec le public japonais. Les films du Studio Ghibli sont une véritable institution au Japon et le public répond vraiment présent dans les cinémas.

Je crois que les japonais ont aimé la musique : la chanson du générique a été classée dans les charts pendant plusieurs semaines.

J'ai reçu beaucoup de gentilles lettres et de petits cadeaux et l'accueil du public a été très bon lors des concerts que j'ai donné avec mes musiciens à l'Opera city Hall de Tokyo ou au festival "Rock In Japan".

 

 

MS : Vous avez vu le film à Tokyo. Qu'avez vous ressenti lors du premier visionage?

CC : Ce fut un moment très spécial. Cela faisait un an que je travaillais sur le film et je connaissais presque tout de l'histoire, des personnages, des décors etc... et pourtant j'ai ressenti une grande émotion quand nous avons enfin vu le film terminé avec toutes les équipes de la production. (fin juin 2010)

Il y avait une certaine anxiété qui flottait dans l'air. Tout le monde, en particulier le réalisateur Yonebayashi-san, attendait la réaction de Miyasaki-san.

Quand la projection s'est terminée, tout le monde retenait son souffle, et quand Miyasaki-san s'est levé pour féliciter le réalisateur, l'atmosphère s'est enfin détendue et tout le monde a applaudi et ri.

Pour ma part, j'ai été impressionné par le travail de Kasamatsu-san, en charge des effets sonores, du mixage et de l'intégration des musiques à l'image. Il a fait un travail incroyable de montage et cela met vraiment la musique en valeur.

 

 

MS : Pour le moment, seuls quelques fans français sont au courant de la sortie du film au Japon mais le grand public n'a pas encore pu voir ce film. Avez vous hâte que le film sorte en France? Savez vous quand est ce que c'est prévu?

CC : J’attends avec impatience la sortie française. À l'heure où je réponds à vos questions je ne connais pas encore la date de sortie mais cela ne devrait pas tarder...

Je suis aussi un peu anxieuse ; j'espère que le public français fan des films de Ghibli pourra faire une petite place dans son cœur pour la musique de ce film et qu'ils ne seront pas déçus. Composer pour ce projet prestigieux a été un vrai challenge pour moi.

 

 

MS : Comment s'est passée la collaboration avec les japonais? Avez-vous travaillé uniquement sur place au Japon?

CC : Comme Suzuki-san avait aimé mon album "SongBook vol2" c'était important pour moi de garder le son que j'avais sur cet album, de travailler avec mes musiciens "à la maison".

Nous avons tout créé et enregistré en France mais il y a eu beaucoup d'échanges et d'aller-retour entre Paris et Tokyo. Nous avons rencontré tout le monde à Tokyo pour la première fois en septembre 2009 puis plusieurs fois au cours de l'année 2010.

Cela a été un vrai travail d'équipe entre le réalisateur, la production, la maison de disque, et nous.

 

 

MS : Etiez vous deja allée au Japon et seriez-vous prête à réitérer l'opération?

CC : C'est grâce à ce projet avec Ghibli que j'ai découvert le Japon. C'est un pays très marquant, tant il est différent culturellement de tout ce qu'on peut voir en occident, on ne peut pas rester insensible.

Je voyage beaucoup grâce à mon métier de musicienne, mais là j'ai ressenti un vrai choc des cultures.

Je connaissais auparavant ce pays uniquement au travers de l'animation (et d'ailleurs surtout des films du Studio Ghibli dont je suis fan depuis de nombreuses années), j'ai pu vraiment découvrir le pays en passant au total plus de trois mois sur place pendant la réalisation du projet.

J'ai écrit un petit journal qui est en ligne sur mon site web et dans lequel je raconte un peu mes "impressions" de voyage.

Je serais évidemment prête à réitérer l'expérience, je croise les doigts pour retourner très vite au Japon...

 

 

MS : Est ce que vous aviez déjà vu des films du studio Ghibli? Est ce que vous les avez revus avant de commencer le travail ou est ce qu'on vous a demandé de faire quelque chose qui ne correspondait pas nécessairement au style des précédentes bandes son?

CC : Je suis très sensible à l'univers de Ghibli. Ce sont pour moi des films très inspirants et qui m'aident à vivre, à être positive.

Je pense que j'ai vu tous leurs films (certains de nombreuses fois).

Par contre je n'ai pas voulu les regarder a nouveau quand je travaillais sur les compositions. C'était un tel challenge que cela aurait généré beaucoup d'angoisse chez moi, surtout en entendant les sublimes orchestrations de Joe Hisaishi, que j'admire beaucoup. Je ne voulais pas comparer et trop réfléchir.

Les studios avaient aimé mon disque, ils souhaitaient que je garde mon son et ma personnalité...

J'ai donc travaillé à l'instinct, sans trop penser à l'ampleur du projet, en gardant les couleurs de mon dernier disque, les mêmes instruments, les mêmes sonorités et les mêmes musiciens...

La musique du film a des couleurs celtiques, un peu folk, avec la harpe qui est omniprésente et dont le son cristallin accompagne le personnage d'Arrietty.

Les studios m'ont laissés très libres artistiquement : presque toutes mes compositions ont été validées.

 

 

MS : La harpe est un instrument que tout le monde connait mais qui reste tout de même peu populaire comparée à d'autres instruments. Comment avez vous été amenée à jouer de cet instrument? Jouez vous d'autres instruments?

CC : C'est vrai que la harpe celtique est encore un peu méconnue. Néanmoins cela est en train de changer et de plus en plus d'écoles de musique proposent des cours de harpe celtique.

Je suis née en Bretagne, où l'instrument est très populaire. Il est très facile de trouver un professeur si on veut se lancer.

Ma rencontre avec la harpe correspond à un coup de foudre d'adolescente avec l'instrument : sa forme, sa sonorité. C'est une sorte d'histoire d'amour.

J'avais d'abord appris la guitare quand j'étais enfant mais la harpe m'a tout de suite séduite.

C'est un instrument assez simple, ancestral, mais aussi très sensuel, très féminin et qui se prête très bien à l'accompagnement de chansons.

Je ne me considère pas comme une virtuose de l'instrument, mais plutôt comme un "troubadour" qui utilise la harpe pour chanter ses chansons.

 

 

MS : Et actuellement que faites vous? Tournées? Nouvel album en préparation?

CC : J'ai eu un été bien rempli : 50 jours de promotion du film a travers le Japon, une mini tournée de dix concerts dans ma région natale en Bretagne, quelques concerts en Alsace...

Je profite maintenant de quelques jours chez moi pour finir de composer les chansons de mon futur album qui devrait sortir au printemps 2011.

Je vais aussi tourner un peu en Allemagne et aux Etats Unis dans les mois qui viennent.

J'espère retourner jouer au Japon en 2011, et je croise les doigts pour que le film reçoive un bon accueil à l'international.

 

 

Pour découvrir le site de Cécile Corbel, cliquez ici

Pour finir, voici un petit extrait du talent de Cécile Corbel :

 

 


Cecile Corbel - "La fille Damnée"
envoyé par branmusicfrance. - Regardez plus de clips, en HD !

 

 

Partagez cette news :

par Den d Ice

Manga, tarot, astronomie, cinéma asiat, cuisine, astrologie, décoration, moto,

Contenu associé

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire