Retour vers le passé : L'Héritage des 500.000 (1963)

 

REALISATEUR

Toshiro Mifune

SCENARISTE

Ryûzô Kikushima

DISTRIBUTION

Toshiro Mifune, Tatsuya Mihashi, Mie Hama…

INFOS

Long métrage japonais
Genre : drame/aventures
Titre original : Gojuman-Nin No Isan
Année de production : 1963

Durant sa longue carrière (plus de 180 rôles en presque 50 ans), le grand acteur japonais Toshiro Mifune (Rashomon) n’a réalisé qu’un seul long métrage. L’Héritage des 500.000 (Gojuman-Nin No Isan en version originale) fut un succès lors de sa sortie au Japon en 1963, mais Mifune ne repassa jamais derrière la caméra par la suite.
À cause du très long tournage de Barberousse de Akira Kurosawa, Toshiro Mifune n’a pas pu accepter de rôle pendant cette période et sa société de production a alors connu des difficultés financières. Ce fut le début de la brouille entre les deux hommes et Barberousse marqua la fin de la fructueuse collaboration du duo légendaire.

 

 

L’histoire de L’Héritage des 500.000 est basée sur un fait historique, la disparition d’une grande partie des trésors de guerre japonais à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Dans le film, ce trésor est un lot de pièces d’or envoyées aux Philippines pour payer les dépenses de l’armée. Lorsque la guerre se termine, le commandant Matsuo décide d’enterrer les pièces, dans la terre de cette île où sont morts des centaines de milliers de soldats. 18 ans plus tard, Matsuo, devenu comptable, est abordé par un homme d’affaires qui lui propose de retourner sur les lieux pour retrouver le trésor. Gunji lui fait croire dans un premier temps qu’il veut que l’or revienne au peuple japonais…mais ses motifs ne sont en fait pas si altruistes…

Parce que sa fille est menacée, Matsuo est ainsi obligé de participer à cette expédition. Avec quatre hommes recrutés par le cupide Gunji, il va devoir affronter son passé. La structure de L’Héritage des 500.000 est celle d’un film d’aventures, avec exploration d’un environnement dangereux (une jungle moite superbement filmée) et des retournements de situation qui nourrissent très efficacement une intrigue qui va au-delà du portrait d’hommes corrompus par l’attrait de l’or.

 

 

Car dès qu’il pose les pieds sur l’île, Matsuo est assailli par ses souvenirs, par la mort qui plane toujours sur les lieux. Toshiro Mifune est impérial dans le rôle de cet homme sage et triste qui remet en question les raisons d’un conflit qui a fauché autant de vies. La présence de Matsuo, la force de son regard hanté donnent à l’oeuvre un caractère mélancolique, une atmosphère contemplative qui en fait toute sa profondeur.

C’est peut-être ça, l’héritage laissé par les 500.000. Plus qu’une chasse au trésor, une quête initiatique qui permet à ses protagonistes de s’interroger sur eux-mêmes et de rechercher une humanité dans une situation qui les dépasse. Mais la soif de l’or attise toutes les convoitises et le final est particulièrement dur et amer…une guerre qui n’en finit pas…

Partagez cette news :

par Le Doc

Contenu associé

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire