Critique Barakamon 15

La parution dans nos contrées d’un nouvel opus de Barakamon est comme vous l’avez probablement deviné toujours un petit évènement pour moi puisqu’il s’agit tout simplement de ma lecture friandise préférée, celle que je dévore avec toujours autant d’enthousiasme et qui me met de bonne humeur toute la journée. Chaque lecture me réchauffe le cœur grâce à la chaleur de ses personnages qu’ils soient habitant de l’île ou de la capitale et me désaltère de son esprit souvent espiègle et à mourir de rire. Impossible de se lasser des petits coups fourrés de Naru et sa bande ou de la façon de vivre et de penser de nombre des personnages qui donnerait à n’importe qui l’envie de tout plaquer pour aller se ressourcer parmi eux loin de notre étouffante société. Ce quinzième tome ne déroge bien sûr pas à la règle puisqu’on y verra le projet d’école de Seishu prendre forme et qu’on continuera d’être baigné par les doux rayons d’un quotidien qu’on aimerait quelque part tous partagés tant il en émane un retour aux vraies valeurs. Une nouvelle fois, un vrai bol d’air frais !

Précédemment voir le personnage de Seishû s’émanciper totalement de la voie qui lui était toute tracée pour poursuivre sa propre route sans pour autant renier son domaine de prédilection, la calligraphie fut vraiment un bien joli spectacle. On ne peut qu’apprécier cette décision prise par un Seishû qu’on sentait prisonnier de son besoin de reconnaissance et de résultat, c’est un véritable bonheur de le voir de nouveau avancer et se lancer d’autres défis. C’est une superbe évolution de son personnage principal que nous offre là Satsuki Yoshino et une très belle mise en scène de cet état d’esprit si particulier à la fois grisant et un peu angoissant qui résonne en nous lorsqu’on prend la décision de sauter le pas et de changer de cap.

On débute la lecture de façon vraiment très agréable en faisant un petit tour des personnages, histoire de prendre de leurs nouvelles, de les voir partager ensemble ou encore de se rendre service. On ne se lasse pas de ces beaux messages véhiculés par l’auteur, de cette bonne entente entre les personnages et cet humour revigorant toujours au rendez-vous. On en arrivera ensuite à l’évènement au cœur de ce quinzième opus à savoir la mise en œuvre du projet de Seishû et les conséquences de sa prise de décision. Notre maître adoré va tout d’abord passer par un gros moment de solitude en mode « mince, qu’est ce que je vais faire » enroulé dans sa couette, une situation qui prête grandement à sourire et qui parlera sans aucun doute à un grand nombre d’entre nous. Seishû n’est pas le genre de personnage naïf qui nous casse les pieds et se révèle incroyablement barbant, loin de là puisqu’il possède ce côté très attachant qui nous pousse à vouloir l’aider et bien sûr le voir réussir, on ne peut donc que comprendre l’attitude de son ami de toujours qui malgré sa tristesse de le voir renoncer à sa carrière de calligraphe ne pourra s’empêcher de lui apporter son soutien. L’auteur est parvenu à mettre en scène cet état d’esprit de façon très drôle et très touchante, ce petit jeu entre les personnages est tout bonnement excellent !  Mais il ne faut pas oublier que si le projet prend forme sous nos yeux, c’est avant tout grâce à notre Naru nationale qui du haut de ses trois pommes est juste une alliée de vie formidable !

Enfin, on assistera aux débuts en tant que professeur de maître Handa. Entre faire de la calligraphie et l’enseigner, il y a tout un monde. Le voir se heurter à quelques petits soucis de pédagogie et parvenir à retomber sur ses pattes nous offre déjà des scènes hautement jouissives et promet une suite haute en couleurs. Quelques petites scénettes de la vie quotidienne nous attendent en fin de tome dans l’idée de nous faire marrer encore quelques coups avant de refermer cet excellent opus dans ses avancées scénaristiques.         

Souvent lorsqu’une série se termine au Japon, on est soulagé de voir que le titre aura bien une fin. Même si on se doutait qu’avec les évolutions récentes de l’intrigue on se dirigeait tout doucement vers la fin de la série, je ne peux m’empêcher d’éprouver un petit pincement au cœur en sachant qu’il ne me reste désormais plus que trois tomes pour me délecter de l’ambiance solaire, pleine de vie et absolument unique de cette merveilleuse tranche de vie qu’est Barakamon. J’espère très sincèrement que Mr Ki-oon se décidera à poursuivre l’aventure en publiant le spin off en sept tomes intitulé Handa-kun, je suis certaine de ne pas être la seule à brûler d’envie de dévorer ce dernier et de découvrir la jeunesse de maitre Seishû !

8
C’est à nouveau un excellent volume que nous sert Satsuki Yoshino qui tout en abordant avec justesse les différentes étapes et obstacles rencontrés à l’élaboration du nouveau projet de vie de son personnage principal, le brusquant un peu au passage et nous rappelant à quel point l’amitié est précieuse, permet à son récit de garder son peps, son humour et sa bonne humeur contagieuse à chacune de ses pages. Comme toujours, un véritable régal pour l’âme ! Vivement août ! Coup de cœur !

Achetez BarakamonT.15 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par snoopy

Lectrice assidue et dévoreuse de mangas à plein temps. Collectionneuse dans l'âme, jamais rassasiée au grand désespoir de mes proches.

Contenu associé

Barakamon (Manga), Barakamon T.15

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

1 commentaire

Avatar de P'tit Citron

Super critique ! J'ai quelques tomes de retard sur la série, mais c'est effectivement un slice of life unique et incontournable ! Son ambiance légère et son cadre ensoleillée en font une œuvre que l'on prendra beaucoup de plaisir à retrouver ! Je vais essayer de m'y remettre vite.. ^^