Critique Love stories 1

Les éditions Taifu continuent de nous faire découvrir de nouvelles auteures et de multiplier ainsi les points de vue sur une thématique aussi vaste que l'amour conjugué au masculin afin de permettre à un grand nombre de fans du genre de trouver leur bonheur parmi leurs licences. Et depuis un petit temps, on peut dire qu'ils ont le nez pour repérer des talents comme Natsuki Kizu, Kana Kii ou Enzo qui sont toutes parvenues à nous séduire avec des titres possédant de réelles qualités. C'est maintenant au tour de Tagura Tohru d’essayer de nous charmer avec la publication de sa toute première série toujours en cours de parution au Japon. Au menu, on suivra le parcours de deux jeunes gens qui se questionnent et se soutiennent face aux difficultés de l'homosexualité et de l'amour. Un synopsis des plus alléchants, alors bonne ou mauvaise surprise ?


« Parfois, juste une seconde, pendant que Yoshinaga regarde Kyosuke, moi je l'observe. Un amour à sens unique. »


Quand Yuiji Hasegawa apprend accidentellement que son camarade de classe, Yamato Yoshinaga, est gay, il comprend rapidement que le regard de ce dernier est tourné vers un amour impossible. Faisant partie du même groupe de travail, les deux garçons apprennent à se connaître et à s’apprécier. De son côté, Yoshinaga est terriblement sérieux dans sa réflexion sur ses sentiments et sa manière de se comporter, le bonheur semble bien loin, néanmoins, Hasegawa fait ce qu'il peut pour le soutenir.


« Une immersion complète et intense dans les pensées de personnage souvent désarçonnés par leurs sentiments et faisant  preuve d’une grande sincérité. Une entrée en matière aussi réussie que mature qui possède toutes les qualités pour vous séduire. »


En débutant la lecture, on éprouve la crainte de se retrouver avec une énième histoire d'amour classique puisque Hasegawa va par inadvertance découvrir que l'un de ses camarades de classe est gay. On aurait donc pu penser que notre jeune protagoniste en essayant de comprendre ce que ressent Yoshinaga et en s'interrogeant sur lui-même finisse très vite par développer des sentiments pour ce dernier. Une inquiétude vite envolée puisque l'auteure sort des sentiers battus pour nous offrir une intrigue qui évolue assez lentement mais qui en contrepartie met en scène des personnages psychologiquement fouillés puisqu’ils sont presque en permanence dans l’introspection. On suit donc le parcours de deux adolescents qui tentent de faire face à leurs sentiments tout en essayant de vivre pleinement leurs vies.    


À travers eux, cette dernière délivre un message fort et prenant, celui de l'acceptation de soi mais aussi de la différence tout au long de la lecture de ce premier tome. Pour en revenir à l'histoire, Hasegawa ne pourra pas s'empêcher en apprenant le secret de Yoshinaga de se mettre à l'observer et il ne lui faudra pas longtemps avant de comprendre vers qui les sentiments de ce dernier portent. La curiosité étant assez naturelle, les interrogations et le comportement du jeune homme nous apparaîtront très vite sincères surtout dans l'évolution même de sa pensée puisqu’au départ il sera très protecteur vis-à-vis de son ami pour lequel Yoshinaga en pince mais la méfiance laissera ensuite très vite place à l’amitié.


Ainsi par l'entremise d'une camarade de classe, Hasegawa, Yoshinaga et le fameux ami en question vont se retrouver à former un groupe d'étude en vue des examens qui s'approchent à grands pas. Un événement qui va vraiment permettre de faire évoluer la relation entre nos deux principaux protagonistes. En effet suite à cette séance, Yoshinaga va par mégarde dévoiler ses intentions à Hasegawa. Seulement ce dernier ayant très vite sympathisé avec lui va nous étonner par sa franchise puisqu’il va lui parler très ouvertement et va finalement ressentir l’envie de le soutenir à sa manière. D'abord peu rassuré, une relation de confiance va peu à peu s'installer entre les deux jeunes gens. Une belle relation d'amitié va ainsi naître, elle se révélera à la fois touchante et fraîche à plusieurs reprises puisqu’il sera vraiment captivant de voir le monde de Yoshinaga s’élargir au contact d’Hasegawa. Le jeune homme va enfin se sentir accepter et ce sentiment d’acceptation va avoir l'effet d'une vraie bouffée d'air frais dans sa vie un brin morose jusqu'à présent. Une belle idée !


C'est à ce moment là qu’on en découvre un peu plus sur Yoshinaga qui est sans cesse en proie au mal-être qu’engendre sa différence. Certaines personnes parviennent à vivre pleinement avec leurs différences mais ce n'est pas du tout le cas de notre jeune protagoniste. En effet, il se laisse dominer par la peur de voir le regard des autres changer en découvrant ce qu’il cache au plus profond de son cœur.  C'est le genre de personne à souffrir en silence tout en étant capable de donner le change auprès de ses proches. Une attitude qui le fait clairement souffrir surtout vis-à-vis de son meilleur ami, l'auteure a vraiment pris le temps de nous dépeindre en profondeur l’angoisse que le jeune homme ressent au quotidien. Ce qui est particulièrement agréable réside dans le fait que l'auteure ne choisit pas de faire évoluer les pensées de ses personnages de façon simpliste et facile. Ainsi malgré le soutien de Hasegawa, Yoshinaga ne va pas du jour au lendemain faire son come back mais va de nouveau se remettre à avancer sur le chemin du bonheur. L'auteure offre ainsi un récit très complet puisqu'elle n'aborde pas seulement la thématique de l'amour mais aussi celle de l'amitié.


Le fait de changer de point de vue régulièrement permet à l’intrigue de ne pas se révéler trop lourde ni trop axée sur un même ressenti. En effet, Hasegawa, au vu de la sincérité dont fait preuve son nouvel ami, va aussi se mettre à réfléchir sur ce qu'il ressent réellement notamment pour sa petite amie actuelle. Cette remise en question est assez intéressante puisque très peu abordée dans tout ce que j'ai pu lire jusqu'à présent. Elle évoque ainsi le fait de ne plus savoir où on en est dans son couple avec beaucoup de justesse et on a réellement hâte de voir la façon dont va évoluer la situation entre les deux jeunes gens. Dans la dernière partie, on verra apparaitre un troisième personnage qui pourrait bien devenir important et qui se révèle déjà intéressant puisqu’il est parvenu à être heureux avec ses différences et pourrait bien faire évoluer la vision de Yoshinaga.


Un petit mot sur les graphismes, le trait de l’auteure possède un réel charme sans être transcendant. On remarque une certaine approximation mais on appréciera l’effort de la mise en scène à certains moments clé du récit faisant bien ressortir l’émotion ressentie par les personnages.  Dans l’ensemble, les graphismes restent soignés et agréables. Côté édition, Taifu fournit toujours un travail de qualité. Rien à redire.

Commentaires (0)