Critique Après la pluie 1

Après la pluie a été couronné de succès par les professionnels au Japon en 2015 et 2016, aussi j’étais ravie de sa licence en France.  Impatiente de le tenir entre les mains et soulagée de constater qu’à la fin du tome 1, la promesse est au rendez-vous.

Akira, 18 ans selon le résumé, est lycéenne et ancienne sprinteuse très douée. D’apparence froide et inaccessible, la jeune femme n’est pas très sociale et ses réactions sont mal perçues. Elle est incomprise et en décalage avec les gens de son âge. Une grave blessure à la cheville l’a isolée. Pas évidant de sourire à des amies d’antan quand celles-ci peuvent continuer de réaliser votre rêve : courir. Ajouté, qu’elle est amoureuse d’une personne qui d’après son entourage ne correspond absolument pas au désir d’une adolescente normale. Mais qu’est-ce que la normalité quand le cœur est en jeu ? Rien. Akira n’a d’yeux que pour Mr. Kondô Masami, le gérant du restaurant familial dans lequel elle travaille après les cours. 45 ans, divorcé et papa d’un petit garçon, on devine d’avance qu’Akira va devoir s’armer d’une sacrée patiente et s’alimenter d’une certaine dose de courage si elle espère un jour parvenir à faire battre le cœur de ce monsieur. Et, c’est là que c’est intéressant. L’auteur n’a pas l’air de vouloir nous présenter une histoire d’amour impossible ou à sens unique, bien au contraire. Jun Mayuzuki semble explorer le fil tendu d’une relation entre un homme rendu à la moitié de sa vie et une femme qui n’est pas entièrement sortie de l’enfance.

Il y a beaucoup de poésie dans cette histoire, les dialogues ne sont pas omniprésents, permettant ainsi au lecteur de vivre avec Akira et de ressentir ses émotions. Tout est assez intériorisé, pour autant on comprend. Akira a un regard très expressif, elle n’a pas besoin de parler pour communiquer. Du moins, avec nous et cela crée une certaine intimité qui nous font aller dans son sens. On a à cœur de témoigner leur rapprochement et on prie pour ne pas se tromper.

A côté, Masami n’est pas négligé et dans son genre bourru et très maladroit, il laisse entrevoir une légère attirance pour son employée. Il rêve, hallucine et mine de rien il s’impose tout doucement dans sa vie. Même si à ce stade, il n’apparaît qu’en homme prévenant et attentionné, il ne recule pas et Akira en confiance finit par s’exprimer ouvertement. Par deux fois. Quel va être la réaction de Masami dans le tome 2, quel rapport va être le leur désormais, on est laissés sur notre faim au moment le plus exaltant.

Personnellement, j’apprécie déjà cette jeune Akira. Je me retrouve un peu en elle dans sa manière de considérer les gens de son âge. Déjà mûre et adulte dans sa tête, son cœur naturellement a choisi un homme plus âgé. Il est gentil, bienveillant, bourré de défauts et dans le fond pas très beau, mais elle se sent bien en sa compagnie. Evidemment, elle a un corps de jeune femme et celui-ci réagit et l’émoustille avec innocence et candeur, c’est une contradiction qui appelle à la nostalgie. Le tout est très bien mis en scène et les personnages gravitant autour de ce duo improbable sont suffisamment loufoques et hors du commun pour divertir et faire rire. Après la pluie n’est pas un titre qui ennuie. Il change des romances habituelles et offre au curieux un vent de fraîcheur qui fait du bien.

Commentaires (0)