Chronique : Prisonnier Riku T.1 chez Akata

Découvrez nos premières impressions sur ce shônen carcéral

 

Dix ans déjà qu'une météorite s'est écrasée sur Tokyo, séparant la mégalopole en deux : d'un côté, une ville réservée aux riches, de l'autre, un terrible bidonville, véritable zone sinistrée et de non-droit. C'est là que vit le jeune Riku. Malgré un quotidien difficile, il prend la vie comme elle vient, aux côtés de son "papy". Mais quand ce dernier est assassiné, car il voulait révéler au peuple les magouilles et trafics des grandes institutions, le quotidien du pauvre Riku bascule... en enfer !! Accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis, on l'envoie dans une prison de haute sécurité, aux côtés de terribles gangsters et autres chefs de gang. Il y devient très vite la tête de turc de ses co-détenus. Et pourtant... grâce à sa rage, à son envie de survivre, mais surtout celle de venger son grand-père en dévoilant au monde la réalité du système, il devra trouver en lui la force pour faire sa place au sein de la prison... et peut-être même de s'en évader ?

Titre : Prisonnier Riku T.1
Editeur français : Akata
Date de sortie : 27/11/2014
Dessinateur : Shinobu SEGUCHI
Scénariste : Shinobu SEGUCHI

Série en cours - 35 tomes

 

Un brin de SF

Dès les premières pages (les 4 premières sont en couleur), on nous explique dans quel monde le héros, Riku KURITA, évolue. C'est un monde post-apocalytique comme on en retrouve souvent dans les mangas et encore une fois c'est Tôkyô qui se retrouve être la cible d'une catastrophe naturelle et plus précisément une chute de météorites dans le cas présent.

Malheureusement pour Riku, il évolue dans la partie la moins enviable de Tôkyô nouvelle génération. En effet, il vit dans un énorme bidonville isolé du reste de la ville par un rempart en verre histoire de garantir la tranquillité aux plus aisés. Un moyen radical de combattre le crime à condition de vivre à l'extérieur du bidonville ! De ce fait, c'est une lutte quotidienne pour se nourrir.

© 2011 by Shinobu Seguchi

 

L'auteur fait des efforts pour nous décrire au mieux la façon dont est géré ce bidonville. On découvre ainsi les méthodes radicales employées par le gouvernement afin de faire régner l'ordre. L'environnement de Riku n'est clairement pas enviable et n'importe qui voudrait échapper à cette vie. Pourtant, grâce à son "Papy", un policier au grand coeur qui a pris l'orphelin sous son aile, il va continuer à espérer que sa condition s'améliore avec le temps.

Un monde post-apocalyptique laisse pas mal de latitudes à l'auteur et lui permet d'installer un univers riche dans lequel on a perdu tous nos repères. Le lecteur est donc curieux de découvrir comment les survivants se sont organisés et à quoi ressemble leur vie. Malheureusement, ce passage ne dure qu'une cinquantaine de pages et on bascule ensuite dans un univers carcéral tout ce qu'il y a de plus classique. On se demande alors la réelle utilité d'avoir une histoire qui prend place dans un tel univers. Mais encore une fois, tout dépend de l'orientation que va prendre le scénario. Est-ce que tout va se passer en prison ? Est-ce que des éléments appartenant à ce nouveau monde vont intervenir dans la vie carcérale ? L'avenir nous le dira mais pour le moment, cela sonne comme un simple prétexte pour se démarquer des autres séries. Mais malgré tout, l'entame de ce manga est convaincante.

 

Quoi de neuf en prison ?

Un héros qui se faire emprisonner à tort n'est pas d'une grande originalité mais cela touche toujours le lecteur. Quoi de plus terrible en terme d'injustice ? Surtout qu'ici, la prison est un gigantesque bâtiment à l'architecture démente construit sur une île perdue... difficile de s'échapper au premier abord ! Ironie du sort, cette île s'appelle "l'île du paradis"...

A peine arrivés, les passagers se dont décharger comme de vulgaires marchandises...

© 2011 by Shinobu Seguchi


Savoir que Prisonnier Riku est un shônen peut faire penser que la prison sera présentée de manière un peu plus sympathique mais ici il n'en est rien. Dès l'arrivée sur l'île, les nouveaux détenus sont confrontés au regard des anciens et à leurs petites phrases sympathiques... sans parler de la visite médicale et des fouilles approfondies pour s'assurer qu'ils ne cachent rien nulle part. Au final, seuls les dessins arrivent un peu à atténuer la rudesse de ce qui est décrit par l'auteur. En effet, le personnage de Riku est dessiné de manière un peu enfantine avec son visage rond et ses expressions caractéristiques.

Les premiers pas de Riku dans la prison sont très difficiles et l'auteur ne nous épargne rien mais bizarrement, l'ambiance n'est pas aussi noire que ce que l'on pourrait penser. Et c'est bien sur ce point là qu'on sent qu'on est dans un shônen et pas un seinen comme Rainbow par exemple. D'ailleurs, le dernier quart du manga retombera dans quelque chose de plus classique qui laisse des doutes quant à la suite.

 

Prison break

Quand on se retrouve accusé à tort et jeté en prison pour 30 ans, on a qu'une seule envie c'est s'échapper. Et Riku ne déroge pas à la règle. Il fait allusion à plusieurs reprises à une éventuelle évasion. En aucun cas il ne pense moisir dans cet enfer pendant 30 longues années.

© 2011 by Shinobu Seguchi

 

Mais malgré cette volonté annoncée par notre héros, on ne sait pas si l'auteur va préférer nous décrire la vie en prison ou nous faire vivre la tentative d'évasion de Riku. En toute logique nous devrions avoir droit aux deux à terme mais la vie en prison devrait prendre le dessus si l'on se fie au nombre de tomes déjà parus au Japon : 19, et ce n'est pas fini !

Du coup, on s'attend à de nombreux rebondissements dans l'histoire pour ne pas se lasser trop vite dans ce milieu clos.

 

En bref

Skeet : Avec son rythme soutenu et une première partie de tome convaincante, Prisionnier Riku arrivera à séduire bon nombre de lecteurs. Mais son côté shônen à rallonge qui se profile ne laisse pas vraiment présager quelque chose de nouveau sur l'univers carcéral comme on poivait s'y attendre. Ce manga possède des qualités indéniables mais pour le moment je ne suis pas totalement convaincu pas le scénario qui pourrait s'avérer être plus simpliste que ce que j'espérais après la lecture des premières pages. Rendez-vous avec le tome 2 pour savoir vers quoi l'auteur va nous emmener.

 

LES + LES -

- Univers post-apocalytique intéressant même si peut-être anecdotique par la suite
- Première partie haletante
- Milieu carcéral pas trop édulcoré surtout lors de l'arrivée dans la prison

- Scénario finalement simpliste pour le moment
- L'ambiance générale dans la prison n'est pas assez pesante pour être réaliste malgré des efforts
- Seconde partie de tome moins passionnante et plus classique mais tout peut encore arriver

 

Note :
6/10

 

Plus d'infos sur la série : VOIR LA FICHE DE PRISONNIER RIKU

 

Partagez cette news :

par Skeet

Créateur de Manga Sanctuary et avant tout lecteur de manga depuis la fin des années 80.

Site/blog perso : http://www.manga-sanctuary.com

Contenu associé

Shinobu SEGUCHI, Akata, Prisonnier Riku (Manga)

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire