• Critique The Presence par

    Le Studio G3 a donc une nouvelle recrue en la personne de Momo, dont le rêve est d’être créatrice de jeux vidéos. En effet, après beaucoup d’atermoiements, la demoiselle réussit finalement à faire un game design convenant à Taiyô.

    Alors qu’un fait divers est à l’origine d’une nouvelle campagne médiatique sur l’influence de la violence contenue par les jeux vidéos sur le comportement de certains jeunes, Nanami se voit contrainte de modifier Samurai Kitchen 2 jugé trop sanglant. De son côté, Taiyô et son équipe réfléchissent à l’avenir à donner au Studio G3 : développer un jeu pour DS ou tenter l’aventure des consoles next-gen ? Le choix est complexe et la décision devra être murement réfléchie.

    Avec Giga Tokyo Toybox, suite de Tokyo Toybox, le duo UME nous permet de mieux découvrir le monde des jeux vidéos. L’envers du décor, souvent méconnu du grand public, noues est ici dévoilé en détails et pour peu que l’on s’intéresser au sujet, le contenu se révèle très intéressant. Le dessin n’est pas en reste avec des planches dont le découpage est réussi, et un style très agréable. Seul reproche, il est parfois difficile de déterminer le sexe d’un personnage à son design…

    Avec quelques personnages exubérants (Momo et Taiyô en tête), Giga Toyo Toybox poursuit sur la même voie que son prédécesseur. Un titre sans prétention, instructif et dont la lecture se révèle agréable.

    -

    ivan isaak - 04 septembre 2009

    1 membre aime | Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu The Presence ?
Ecrire une critique