• Critique Hiyokoi T.1 par

    Ce premier tome de Hiyokoi est juste divertissant dans sa globalité mais souffre de nombreux défauts : un nombre impressionnant de clichés et aucune originalité, toutes les scènes sont prévisibles. Cela manque cruellement d'idées neuves.

    Les clichés sont nombreux, la demoiselle est petite, complexée, timide, susceptible et tous les prétextes sont bons pour déverser un torrent de larmes. Le personnage masculin est l'exact opposé, grand, drôle, populaire, bref nous avons affaire à deux êtres que tout oppose. Des shojo où les héros n'ont, de prime abord, aucun point en commun, il y en a déjà un bon nombre. Il est donc naturel de s'attendre à ce que son auteur, Moe Yukimaru, nous surprenne avec des situations rocambolesques et/ou des protagonistes secondaires intéressants... Eh bien non.

    Le titre est mignon et accrochera certainement les jeunes lectrices. Pour le reste, vous serez fortement déçus de cet amas de clichés et d'idées déjà vues dans moult shojo. Toutes les actions et propos sont prévisibles et l'on est dans le regret de dire que Moe Yukimaru manque cruellement d'imagination.

    Bien évidemment, Hiyokoi n'a pas que des défauts. On appréciera la mise en scène de l'auteure, qui, malgré la banalité de son récit, arrive quand même à intriguer de temps à autre son lectorat. Autre point sympathique, le graphisme. Bien qu'il n'ait rien d'original, il se prête très bien au genre, avec un style arrondi, précis et on appréciera que les proportions soient respectées.

    En définitive, Hiyokoi est un sympathique manga pour les demoiselles de 12 ans qui souhaitent découvrir le shojo. Malheureusement ce premier tome ne séduira pas les autres cibles visées de part un manque affligeant de personnalité. Espérons que l'auteure injecte à son histoire de quoi accrocher son lectorat car vu le nombre de shojo sur le marché, il est aisé de trouver un titre plus intéressant.

    4

    Den d Ice - 13 août 2012

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Hiyokoi T.1 ?
Ecrire une critique