• Critique Chihayafuru T.1 par

    Le manga « Chihayafuru » des éditions Pika aborde un sujet peu commun et assez méconnu : un jeu traditionnel nommé « Kurata ». Il consiste à trouver la fin d’un des cent poèmes du jeu en un minimum de temps. Cela demande une bonne concentration, une excellente mémoire et de la rapidité. Lancer un manga sur un tel sujet est un pari ! Surtout quand la série en question fait (pour le moment) plus de 20 tomes !

    Mais revenons à ce premier tome : Chihaya est une jeune fille de 12 ans franche et sincère. Elle admire sa grande sœur plus grande d’une année qui entame une carrière de mannequin. La vie de Chihaya va changer brutalement quand elle va prendre parti pour Wataya Arata, le nouveau venu souffre-douleur de sa classe. Elle qui prenait le Kurata pour un jeu de société classique, jugé ringard par sa sœur, va être entrainée dans la spirale de ce jeu grâce à ce garçon introverti.
    Si les premiers pages du manga nous montrent une Chihaya adulte, on retourne aussitôt dans son enfance pour comprendre là où tout a commencé ! On comprend rapidement que nous allons remonter doucement vers ces premiers pages. Si le jeu peut paraitre compliqué au premier abord, il est en réalité simple à saisir mais plus il est plus dur de suivre les parties car le traducteur a fait le choix de laisser les cartes dans leur transcriptions japonaises, ce qui oblige le lecteur à se référer au petit livret en début de tome pour suivre les parties, enfin, si vous avez envie de comprendre les poèmes bien sûr ! Cela coupe le rythme des parties alors que ce dynamisme est essentiel pour retranscrire la vitesse de jeu de nos jeunes héros.

    Dans ce cas, il vaut mieux aborder les parties différemment : lire le manga d’une traite puis revenir à l’envie sur les cartes jouées pour comprendre et apprendre un peu ces poèmes ! Les personnages sont biens identifiés avec chacun leurs caractères, leurs envies et leurs rêves. Chihaya évolue vite, elle commence à vouloir voler de ses propres ailes, Wataya lui ouvre les yeux et lui révèle son don pour ce jeu ancien et Taichi, le troisième du trio même s’il parait distant au début va se révéler bon compagnon.

    Le dessin de ce manga est fin, les traits permettent de marquer les émotions qui paraissent au fil du scénario. L’histoire est touchante et douce et le tome se lit rapidement. Un bon début pour un manga sur un sujet compliqué. L’auteure arrive bien à transmettre les émotions comme quand Wataya s’accroche au Kurata malgré ses difficultés ou quand Chihaya cherche les lunettes de Wataya pour qu’il puisse y voir quelque chose.

    Des émotions sincères, un sujet original quelque peu compliqué, des dessins agréables, une édition simple avec des bonus (cartes du jeu, livret des poèmes, jaquette et couverture différentes…) … Ce manga commence bien !

    8

    Lelouch - 19 avril 2013

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Chihayafuru T.1 ?
Ecrire une critique