• Critique GE Good Ending T.9 par

    Etre et rester en couple sans passer par la case « sexe », est-ce possible ? L’innocence d’Utsumi le pousse bien évidemment à dire « oui !» alors que nous… nous aurions plutôt tendance à dire le contraire, n’est-ce pas ? Mais trêve de plaisanterie. Le sexe est le grand sujet central de ce 9e volume. Alors que Seiji et Yuki s’apprêtent à consommer leur relation pour la première fois, cette dernière a une surprenante et violente réaction au toucher de son copain. Le spectre de Toru plane toujours et ce n’est pas pour arranger les affaires de notre amoureux transi.

    Utsumi tente alors de se convaincre, et nous dans le processus, qu’il est bien capable contrairement aux règles dictées par la société ou la nature, de ne pas avoir de relations sexuelles sans pour autant ressentir un quelconque manque. Alors, oui, c’est sûr, quand on ne connait pas… Quoique.

    Mais ne nous égarons pas. Une nouvelle femme entre dans la vie du jeune homme. Une photographe de 2 ans son ainée qui parait assez sûre d’elle et relativement libre et décoincée lorsqu’il d’aborder l’acte et le corps humain. L’auteur tente de nous faire avaler qu’elle n’est pas la prochaine tentatrice d’Utsumi… mais c’est peine perdue, la mécanique de la série étant ce qu’elle est. On ne se fait pas trop de souci cependant car il est quand même difficile d’imaginer ce dernier s’abandonner à ses pulsions physiques et à « gâcher » sa première fois avec une autre personne que Yuki. Enfin, qui sait… peut-être que Kei Sasuga nous surprendra. Cela créerait en tout cas bien des complications !

    Encore une fois, GE Good Ending se révèle être une bonne pioche. La vie n’est certes pas tendre pour le jeune couple qui peine déjà à rester uni mais c’est un régal pour le lecteur qui s’impatiente de connaitre les prochains rebondissements de cette grande épopée romantique.

    8

    Charlie One - 12 juillet 2014

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu GE Good Ending T.9 ?
Ecrire une critique