• Critique Scott Pilgrim T.1 par

    Après Guin Saga - Les sept mages, les éditions Milady nous proposent cette fois-ci un titre tout droit venu du Canada et plus particulièrement de Toronto. Prévu en 6 volumes, le titre de Bryan Lee O'Maalye va se voir adapté en jeu vidéo et en film live cet été, en même temps que la sortie du volume clôturant la série.

    Scott Pilgrim a 23 ans. Il vit avec Wallace, son colocataire homosexuel, est bassiste dans un groupe et vient de commencer à sortir avec une lycéenne de 17 ans, Knives Chau, d'origine chinoise. Un jour, à la bibliothèque, il croise Ramona, une fille qui apparait dans ses rêves. C'est le coup de foudre mais Scott, avant d'espérer pouvoir conquérir la jeune fille, devra s'occuper des 7 ex-petits amis maléfiques de la demoiselle...

    Au dos de ce premier volume, les éloges sont nombreux. Joss Whedon, le créateur de Buffy contre les vampires, dit ne plus pouvoir se passer du titre. Des journalistes qualifient la série comme étant "la BD la plus drôle de la planète" ou encore "la meilleure chose qui soit arrivée à la BD". Et après la lecture de ce premier volume, on se dit que la barrière culturelle est parfois infranchissable. Scott Pligrim est très clairement un titre à prendre au second voire troisième degré par moment (si ce n'est plus). Malgré quelques rares passages bien trouvé avec un comique de situation sympathique, on ne rigole jamais durant la lecture de ce tome, dont le scénario est totalement plat et soporifique. Malgré quelques personnages bien trouvés (Wallace est vraiment excellent), la trame totalement surréaliste a un mal fou à intéresser le lecteur. Et comme en plus, graphiquement parlant, le style totalement à part de O'Malley est loin d'être exempt de tout reproche, rien ne vient sauver ce premier tome... Côté édition, couverture cartonnée et papier de qualité sont au rendez-vous, tout comme ces étranges tournures de phrases par-ci par-là.

    "La BD la plus drôle de la planète" ne mérite vraiment pas sa réputation. Certes, l'humour est sans doute le genre le plus subjectif qu'il existe. Mais, lorsque pendant près de 170 pages, seuls quelques petits sourires apparaissent sur le visage du lecteur, on peut considérer que l'objectif n'est pas atteint. Histoire alambiquée et dessin approximatif, Scott Pilgrim precious little life ne séduit pas du tout avec son premier volume. Espérons un second tome bien meilleur, même si le résumé du prochain volume donne peu d'espoir.

    3

    ivan isaak - 19 mars 2010

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Scott Pilgrim T.1 ?
Ecrire une critique