• Critique Hot Files T.1 par

    Le même jour, Kenta perd son travail, se retrouve sans un sous et est à deux doigts de se faire arrêter par la police. Il est sauvé in extremis par une jolie jeune femme bien entreprenante.

    Au premier abord, Hot Files apparaît comme un hentaï original avec ses histoires de détective. Mise à part le premier chapitre, ce tome est une succession de petites enquêtes qui nous plongent dans l’univers des détectives privés. Entre adultère, échangisme et personne disparue, Kenta et sa partenaire de choc Nanoko, ont du pain sur la planche. De plus, il y en a vraiment pour tous les goûts, jusqu’à un trio avec la sœur de Nanoko, un des meilleurs passages, assurément.
    Cependant, on est très déçus par la qualité graphique de l’œuvre. Les jeunes femmes ne sont pas spécialement attirantes et même si elles paraissent plus naturelles qu’à l’accoutumé pour le genre, les traits des visages sont très brouillons avec notamment des petites déformations sur certains visages qui viennent tarir l’ensemble. Par ailleurs, les scènes de sexe sont parfois un peu gâchées par les effets de mouvement que tente de donner l’auteur, sans parler des angles de vues peu judicieux. A la fin de ce volume, nous avons le droit à quatre scénettes indépendantes qui sont de qualité assez inégales.

    En bref, Hot Files déçoit un peu par la qualité de ses planches qui n’est clairement pas suffisante pour satisfaire un lecteur averti. Seule l’originalité du scénario vaut selon moi le détour.

    3

    Sorata - 21 février 2014

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Hot Files T.1 ?
Ecrire une critique