• Critique Planète terreur par

    Après un excellent premier volume qui nous permettait de découvrir le monde de Cyborg 009 créé Shotaro Ishinomori, ce second tome nous offre la suite de la partie Black Ghost, du nom de l’organisation contre laquelle luttent les cyborgs du professeur Gilmore…

    Black Ghost a décidé de ne pas laisser les cyborgs tranquilles. En effet, le professeur Kozumi est kidnappé et pour le libérer, 009 et ses acolytes devront faire face à de nouveaux cyborgs. Devant le harcèlement constant de Black Ghost, le professeur Gilmore et les cyborgs se voient contraints de quitter le Japon. Ils se déplaceront désormais en sous-marin…

    Suite donc des aventures de nos cyborgs rebelles. Après la partie Black Ghost mettant en scène de nouveaux cyborgs, partie occupant plus de 170 pages des 320 de ce tome, une troisième partie nommée « l’exil » débute. Celle-ci est composée dans ce volume de 3 courtes histoires où nous retrouverons des néo-nazis, un savant fou kidnappeur d’enfant et le retour de Black Ghost… dans l’espace. Passé l’effet de surprise du premier volume, ce second tome est finalement un peu lent. Le dessin d’Ishinomori est très proche de celui de Tezuka et certaines attitudes des personnages typiques de l’époque paraissent désormais datées. Niveau scénario, c’est imaginatif, varié, mais l’ensemble est un peu linéaire et sans réelle trame de fond hormis la lutte contre l’organisation Black Ghost…

    Un second tome bon dans l’ensemble, mais dont le déroulement fait craindre une suite monotone. Réponse peut-être dès le prochain tome.

    -

    ivan isaak - 23 août 2009

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Planète terreur ?
Ecrire une critique