• Critique Hikaru No Go par

    Hikaru no go est LE manga qui prouve qu'un bon manga peut vous prendre par la main et vous introduire dans n'importe quel monde. Et vous en redemandrez.
    Si Obata est aujourd'hui connu pour ses dessins de Bakuman et l'incontournable Death Note, il montrait déjà tout son talent dans Hikaru no go.

    Hikaru no go est un shonen et un shonen de sport pour être plus précis. S'il ne brille pas par son originalité, il montre qu'il n'est pas nécessaire d'être original pour faire un excellent manga. Il suffit de maîtriser les codes. Et maitriser les codes, Yumi Hotta et Takeshi Obata le font. Un jeune garçon, sans talent particulier, est amené à découvrir le monde du go grâce à Sai, un fantôme, ancien génie du go, aujourd'hui oublié. La touche d'originalité réside dans le fait que seul Hikaru est capable de voir Sai. C'est grâce à Sai qu'il va se faire connaitre dans le monde du go. Car, suite à une première rencontre avec Akira, un jeune homme de l'âge d'Hikaru et reconnu comme un génie, Akira va développer une rivalité avec Sai via Hikaru. Akira deviendra par la suite le rival d'Hikaru. C'est petit à petit que le talent d'Hikaru va pouvoir éclore, laissant l'ombre de Sai s'amenuire et laisser une vraie rivalité entre Hikaru et Akira s'installer.

    L'autre force d'Hikaru no go est dans la présentation des personnages, tous avec un très bon chara-design qui convient parfaitement à leur personnalité. Chacun, même ceux qui sont relativement peu développés laissent une impression durable. Chaque personnage a le droit à son propre développement (notamment les insei mais aussi les joueurs professionnels) et ses propres relations. Hikaru par exemple subira plusieurs évolutions au cours du manga et changera plusieurs fois d'objectifs. Enfin, fait assez rare pour le noter, la mère d'Hikaru est elle-même introduite et permet d'ajouter du réalisme, introduisant une voix moins passionnée par le go et plus soucieuse de l'avenir de son fils.

    Car c'est la dernière grande originalité de ce manga. Le monde auquel on est introduit reflète la réalité du monde du go. Supervisé par une joueuse professionnelle et écrit par une joueuse amateuse, le manga prend grand soin de nous introduire le monde du go. Les clubs de go où se rendent Hikaru et ses amis, le concours des insei ou l'examen professionnel, ses tournois et ses titres, les groupes d'études autour de grands maîtres et même les parties sur internet, le monde du go y est dépeint dans toute sa diversité grâce au regard de néophyte du héros principal. Car le monde du go est riche et le go est un jeu demandant du talent mais surtout énormément de pratique et d'étude. Ainsi la progression fulgurante d'Hikaru est toujours rendue plausible par l'entraînement constant que lui propose Sai mais aussi par les difficultés que rencontre Hikaru tout au long de son parcours et nous font mesurer le chemin parcouru et sa difficulté. Car Hikaru est doué, c'est peut-être même un génie, mais le terme n'est jamais utilisé pour aucun joueur. Le go est avant tout un jeu d'abnégation et de passion et tous les personnages ressentent cette passion, nous la faisant presque vivre avec eux. Le chemin d'Hikaru est toujours plausible (il ne jouera pas contre un maître et le battra) et ça reste la force d'un shonen de sport.

    Un excellent manga pour introduire le monde du go mais pour tout simplement introduire un shonen de sport. Un protagoniste assez classique mais qui évolue au côté d'un personnage original (Sai) et introduit avec passion et minutie le monde du go. A lire et à posséder.

    10

    patatemoulue - 12 septembre 2018

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Hikaru No Go ?
Ecrire une critique