• Critique La Femme Limace [Junji Ito Collection n°6] T.1 par

    Peu de mangas d'horreur atteignent l'hexagone, il est donc de bon ton de souligner l'arrivée d'un nouveau Junji Ito, le spécialiste du genre... Âmes sensibles s'abstenir !

    Comme d'habitude, c'est un recueil d'histoires courtes que nous tenons dans les mains, 7 pour être exact.
    La première, l'éponyme, est assez sordide, mais ne procure pas non plus de peur. On a l'impression que cela va trop vite et que le potentiel n'est pas exploité à juste titre. Vu la qualité de cette nouvelle, il aurait été plus pertinent de la mettre en milieu de volume, le temps que le lecteur soit "dans le bain", s'apercevant moins de ce défaut.

    "L'épave", quant à elle, est inintéressante. Cette histoire est vraiment creuse, pas flippante du tout, et le héros est aussi utile qu'une montre dans un tiroir. Sans intérêt.

    Le chapitre "moisissures" est l'un des plus captivant. L'histoire est bien traitée, sans précipitation. Parfait pour se sentir dans l'ambiance glauque. L'univers est flippant à souhait... seul bémol, cela aurait été la cerise sur le gâteau, si l'on avait pu voir la face du bébé...

    La quatrième nouvelle est encore plus mystérieuse, plus tordue que la précédente. Là aussi le scénario se construit de façon cohérente, et on a même la délicieuse surprise d'avoir un très beau dessin en gros plan qui plaira aux petites filles! Des p'tits trous, des p'tits trous, encore des p'tits trous!

    Malheureusement, l'histoire suivante fait retomber la tension avec un scénario bizarre. Beaucoup de suspens, pour une fin indigne de la montée en pression. Une histoire sacrément décevante.

    "La tuyauterie gémissante", œuvre suivante, est à mes yeux, la plus réussie des 7. Dans celle ci, la peur n'est pas visuelle, mais transparait à chaque page, grâce à une immersion totale dans un univers angoissant. Cela est d'autant plus réussit car deux personnages s'avèrent "drôles" à leurs insu. On s'amuse de ces protagonistes loufoques, et dès la case suivante, on retombe aussi sèchement dans cette atmosphère oppressante. Très bon.

    Enfin, "La maison bio" se détache du lot. D'une part, cette nouvelle est assez ancienne (1987) et le graphisme est beaucoup moins bien maîtrisé, avec des fonds incroyablement vides, des problèmes de perspective, des traits inégaux etc... D'autre part, le ressenti est différent. Les autres histoires suscitent la peur, l'angoisse, alors que là, on est plus dans le gore, le sanguinolent. Le décalage est fort et cela est incohérent face au reste.

    Un petit mot sur l'édition avec une couverture cartonnée de qualité avec un effet crépis sympathique, de bon goût. Du bon boulot, rien à redire la dessus.

    En bref, comme à chaque Junji Ito, le pire côtoie le meilleur. Dans l'ensemble on se laisse prendre au jeu, malgré l'effet "yoyo" des bonnes et moins bonnes histoires. Ce type de lecture étant rare en France, on ne peut pas faire la fine bouche. Néanmoins Junji Ito est un auteur qui mérite que l'on s'intéresse à son travail. Même si la Femme Limace n'est pas son "must have", cela vous permettra d'avoir une idée de ce qui vous attend, dès que vous pénétrerez son univers...

    6

    Den d Ice - 07 octobre 2009

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu La Femme Limace [Junji Ito Collection n°6] T.1 ?
Ecrire une critique