• Critique Kimi ga Koi ni Oboreru T.2 par

    Commencer à lire Hinako Takanaga, c’est pénétrer dans un autre monde, tellement les premières pages de ses manga nous assènent à chaque fois une vraie claque stylistique, entre le graphisme somptueux et la narration parfaitement maîtrisé. Après un premier tome superbe, Kimi ga koi ni oboreru se poursuit avec une qualité équivalente, qui pourrait bien faire de ce manga son nouveau titre absolument indispensable, après The tyrant who fall in love.

    Alors que le premier tome était assez étroitement lié au one-shot Kimi ga koi ni ochiru, dont on découvrait le revers via le point de vue d’autres protagonistes, celui-là laisse cet autre manga derrière lui et se concentre uniquement sur la continuité de la relation Jinnai/Reiichiro. Car si les deux protagonistes sont désormais ensemble, leur lien reste cependant à consolider, et de menus obstacles vont mettre leur amour à l’épreuve.

    On reste dans le plus pur style de la comédie romantique, avec en permanence de l’humour, mais aussi juste ce qu’il faut d’émotions. On parle de confiance, de secrets, de ce qu’il est important de dire à l’autre,… Reiichiro est anxieux car il se rend compte de la façon peu orthodoxe dont il a lui-même eu Jinnai, tandis que ce dernier se voit obligé de faire montre de davantage de caractère, afin de s’imposer contre Kijima qui s’immisce dans leur relation, mais pas forcément pour les raisons qu’on croit. La jalousie et les doutes vont cependant rendre leur couple plus fort.

    Si l’irruption d’un troisième homme afin de former un triangle amoureux est un coup assez classique et pas forcément réaliste, la narration est suffisamment bonne pour rendre les réactions des personnages crédibles et faire en sorte que l’on s’immerge facilement dans ce qui reste, après tout, une fiction dont le seul but est de nous faire rêver. Pari réussi haut la main avec ce manga qui, en plus de nous éblouir visuellement, nous fait palpiter le cœur. Les pages sont pleines de sentiments, y compris et surtout dans les rares scènes un peu « chaudes » (mais rien de hard, juste la sensualité nécessaire !)

    Les péripéties amènent donc les personnages à évoluer, et c’est avec beaucoup de plaisir que l’on dévore ce manga hyper qualitatif, indispensable à toutes les yaoistes !

    8

    Sherryn - 21 juillet 2013

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Kimi ga Koi ni Oboreru T.2 ?
Ecrire une critique