• Critique Black Butler T.14 par

    Le final de l’arc consacré au navire se poursuit dans une apothéose de scènes d’action. Conjugué à celles du tome précédent, on reste dans du beaucoup trop-plein, mais cette fois, elles mènent à des conclusions et paraissent donc moins longuettes ; au contraire même, elles rythment bien le récit et lui donnent du rythme. Le plus intéressant reste cependant le flash-back issu des souvenirs de Sebastian, permettant de retracer sa rencontre avec Ciel, la formation de leur pacte et surtout, leurs premiers mois ensemble passés à s’éduquer mutuellement, un récit aussi hilarant qu’instructif.

    Avant d’introduire un nouvel arc, la mangaka nous offre un chapitre plus récréatif où l’on voit les membres de la maison Phantomhive fêter Pâques sous l’impulsion de Lizzie. Bien que axée sur l’humour et la légèreté, cette histoire se conclue par une nouvelle interrogation sur le passé de Ciel et ce qu’il cache à Lizzie, une note sombre parfaitement dans l’esprit de la série, très amusante à lire et pas trop longue de façon à éviter d'impatienter.

    Enfin vient la découverte du nouvel arc, qui se déroulera cette fois dans une école. La partie précédente avait clairement des accents de Titanic, celle-là sera d’inspiration très scolaire ; la présentation initiale n’ayant pas gagné en originalité, on pourrait citer de nombreux titres « sources », mais la plus surprenante est sans doute… Harry Potter, puisque la répartition des élèves par compétences n’est certainement pas sans rappeler la célèbre école de Poudlard.

    Après le polar à la Holmes, le cirque, l’aventure en mer, la série continue donc de présenter des ambiances variées qui, à chaque fois, se montrent d’inspirations marquées mais qui réussissent à rester dans le ton et l’univers du manga. À la fois sombre, plein d’action et d’humour, ce titre au graphisme léché continue de séduire.

    7

    Sherryn - 11 novembre 2013

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Black Butler T.14 ?
Ecrire une critique