• Critique Dahliya - Artisane Magicienne T.1 par

    Nouvel isekai (récit avec un humain se retrouvant dans un autre monde réincarné ou non), cette fois chez Komikku. Je partais en me disant que c'était encore un énième du genre et je n'en attendais pas grand-chose. J'ai été surprise par la profondeur inattendue de celui-ci et son discours sur la place des femmes ainsi que sur l'artisanat. C'est donc un grand oui pour moi !

    Je découvre ici l'autrice et la dessinatrice : Hisaya Amagishi et Megumi Sumikawa, qui adapte dans ce manga à peine débuté au Japon, le roman Madougushi Dahlia wa Utsumukanai: Dahliya Wilts No More. Pour autant, j'ai l'impression qu'elles font ça depuis des années tant la qualité est au rendez-vous aussi bien graphiquement que scénaristiquement.

    D'habitude dans les isekai, on s'attarde un peu trop longuement à mon goût sur la vie passé des héros, ici les autrices passent rapidement dessus pour mieux nous lancer dans la nouvelle histoire qu'elles ont à proposer. Parfait. On suit donc le parcours de la jeune Dahliya, fille et petite fille d'artisans d'objets magiques qui a elle aussi ça dans le sang. On la voit donc évoluer auprès de son père avec lequel elle va faire plusieurs inventions pour révolutionner leur vie quotidienne en s'inspirant de la nôtre, invention de sèche-cheveux, imperméable et autre chauffe-eau sont au rendez-vous.

    Mais ces inventions ne sont pas juste des évolutions technologiques, elles reposent avant tout sur la magie du lieu où elle vit maintenant et c'est ce qui rend le récit bien plus intéressant. Les autrices mélangeant ainsi mécanique de notre monde avec équilibre et magie de celui où a atterri Dahliya. C'est un très chouette mélange. Graphiquement, c'est parfaitement retranscrit avec des effets qui n'ont pas été sans me rappeler les dessins des cercles magiques de l'Atelier des sorciers. J'ai beaucoup aimé l'impact visuel du titre qui est charmant et qui donne envie de le voir s'animer et mettre en couleur.

    Mais cela ne s'arrête pas là, derrière ces inventions qui sont au coeur de l'histoire, il y a le récit de vie de Dahliya, née fille dans un monde une fois de plus très patriarcal. Ainsi très tôt son père, célibataire et s'occupant seul d'elle, s'inquiète de ce qu'elle deviendra. Il a compris au vu de son talent et sa passion qu'elle serait une artisane, il lui cherche donc un compagnon qui pourrait l'aider à s'y accomplir. Malheureusement le choix qu'il fait n'est pas des meilleurs puisqu'elle tombe sur quelqu'un de gentil mais qui considère très mal les femmes. Elle va donc revivre avec lui, ce qu'elle avait vécu dans son autre vie, et se faire rabaisser en permanence, ce qui la pousse également à se sentir obligée de se faire plus discrète, une aberration ! Heureusement, l'autrice va redresse la barre pour au contraire nous proposer peu à peu le récit d'une femme forte qui va bâtir sa propre entreprise pour protéger ses inventions et rendre la vie des autres, ainsi que la sienne meilleure. J'ai beaucoup aimé le cheminement et le message proposé.

    Pour ne rien gâcher, l'univers mis en scène est très dense. En plus de la magie dont j'ai brièvement parlé et des objets magiques, il y a toute une hiérarchie que l'on découvre peu à peu, ainsi que des institutions telle que la Guilde des artisans, celle des Transporteurs, ou encore l'ordre des Chevaliers. Au fil de ses aventures, Dahliya va y faire de multiples rencontres qui vont l'aider à grandir et à mettre en place son projet. En dehors de son fiancé détestable, les autres sont tous plein de chaleur et de bienveillance, et certains ont même la petite dose de piquant que j'aime bien. J'ai vraiment hâte de voir tout cela se développer par la suite.

    8

    Tampopo24 - 11 octobre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Dahliya - Artisane Magicienne T.1 ?
Ecrire une critique