• Critique Ça Reste Entre Nous T.1 par

    Nouveau titre des éditions Kana qui me tentait pas mal de par son résumé et son format, 3 tomes c’est court et ça peut fonctionner.

    Et puis je me suis lancée dans cette lecture, la protagoniste m’a pas mal fait rire dès le départ, mais très rapidement j’ai commencé a avoir un peu peur de ce titre. Peur que ça parte comme Love Mission en n’importe quoi. Peur que la question du consentement me fasse monter au plafond.

    Parce qu’en fait ce titre va mettre en avant notre protagoniste et le personnage masculin Yui, et ce dernier va trouver le carnet de Towako dans lequel elle y rédige ses plus gros secrets.

    L’image de la fille parfaite, au parcours scolaire sans accroc est brisé. Mais pas pour moi, parce que c’est la-dedans que réside toute la force de ce titre. La mangaka met en avant le fait que beaucoup de femmes et filles subissent la société, qui impose le fait qu’elles doivent cacher leurs envies. Et c’est le problème de Towako elle a des désirs, des fantasmes mais qu’elle ne peut pas mettre en avant pour préserver son image auprès de ses camarades et l’amour, la confiance de sa mère.

    Pour les personnages, ils sont assez sympathiques à suivre, j’avais peur que Yui soit vraiment un personnage trop têtu, et trop horrible à suivre, et pas du tout. J’ai plutôt bien apprécié le découvrir, et il sait garder ses distances quand il le faut. Pour Towako notre protagoniste féminine, présidente parfaite, froide, est bien plus humaine et touchante qu’elle le laisse paraître. Surtout, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et c’est vraiment appréciable ! Curieuse de lire la suite !

    Pour parler du dessin, il est assez sympathique à regarder, et fluide, pour un shojo ça passe très bien.

    7

    Sachiko-chi - 09 septembre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Ça Reste Entre Nous T.1 ?
Ecrire une critique