• Critique Blessures nocturnes T.4 par

    Volume 4 pour Blessures nocturnes. 4 nouvelles histoires nous seront ici narrées, 4 histoires où le guetteur devra encore donner de sa personne pour sauver des enfants en perdition…

    La première histoire (en 2 chapitres), intitulée « Education », parle de Shibahama, une jeune fille devant s’occuper de sa mère très gravement malade. Celle-ci se retrouve alors responsable d’un scandale au sein de sa classe mais Mizutani décidera d’en prendre toute la responsabilité avec pour simple adage : « Pardonner, n’est-ce pas le cœur de l’éducation ? ». La fin de cette histoire sera d’ailleurs l’occasion de verser de nouveau quelques larmes…

    La seconde, « Braquage », est en un seul chapitre. Au hasard de ses promenades, Mizutani croise un enfant sur les berges de la rivière Tama. Il apprendra que ce dernier est responsable d’un braquage… mais réussira à le raisonner.

    « Les poings batailleurs » (2 chapitres) suit le jeune Junichi Arikawa qui réussit à être accepté en cours du soir grâce à Mizutani. Cible d’un autre professeur, le soutien sans faille du guetteur lui permettra de s’en sortir…

    La dernière histoire, « Stigmate », nous permet de suivre Aki, une jeune fille qui s’occupe de son père veuf et ne sors plus de chez elle. Par mails et par conversations téléphoniques, Mizutani réussit à refaire sortir la jeune femme et à la faire travailler dans une maison de retraite. Et une nouvelle fois, l’auteur réussit à nous faire verser quelques larmes…

    Avec ce quatrième tome, Blessures nocturnes confirme son statut de titre indispensable. Même si toutes les histoires de ce volume ont une fin heureuse, l’émotion qu’elles déclenchent est toujours aussi intense. A chaque nouvelle histoire, à chaque nouvel extrait de « Soi-toi-même » (les essais inter-chapitres), Osamu Mizutani et Seiki Tsuhida arrivent à toucher le lecteur. L’un par son vécu et son comportement, profondément remarquable, l’autre grâce à un dessin où chaque larme versée transpire la sincérité et provoque un effet identique au lecteur. Du grand art, l’un des meilleurs titres actuels. Un manga comme on les aime.

    10

    ivan isaak - 07 novembre 2009

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Blessures nocturnes T.4 ?
Ecrire une critique