• Critique Adam - l'Ultime Robot T.1 par

    J'ai toujours été amatrice de science-fiction et encore plus d'histoire de robot, sûrement à cause de ma découverte très tôt des textes d'Isaac Asimov sur ces derniers. Du coup, dès qu'un titre sort, j'ai envie de le tester et encore plus qu'on y associe le robot le plus connu des japonais : Astro.

    Ryuko Azuma est un auteur inconnu en France jusqu'à ce que Pika nous propose sa courte série en 4 tomes : Adam, l'ultime robot, dans laquelle il fait clairement un clin d'oeil à Osamu Tezuka. Il me semble, d'ailleurs, que c'est sa toute première série. Mais malheureusement, ne peut pas rendre hommage au père d'Astro qui le veut. Urasawa y était parfaitement parvenu dans Pluto, c'est moins le cas pour Ryuko Azuma avec Adam.

    Sur le fond, Adam est un titre très prometteur. L'auteur l'inscrit dans un contexte de Hard-SF militaire vraiment séduisant, qu'il plait à développer au fil des chapitres. La Terre est en guerre contre de mystérieuses créatures : les Psychés, qui rappellent les Anges d'Evangelion et les robots de Bokurano. Pour les combattre, un scientifique, Jesse, et son organisation ont créé un robot, Adam, dont l'I.A. le rapproche beaucoup des hommes. C'est donc cet humanoïde qui va aller dans l'espace combattre le grand ennemi de l'humanité. Sauf que son combat ne fait pas l'unanimité, tout le monde n'aime pas qu'un robot se rapproche autant des humains, certains se rappellent encore d'une certaine tragédie ayant eu lieu autrefois sur la Lune avec un certain Pluto (si j'ai bien suivi ><). Adam est donc au coeur de grandes tensions et doit en même temps livrer de terribles combats.

    Tout cet habillage de SF m'a beaucoup plu. Les références aux titres et auteurs que j'ai citées plus haut sont assez bien digérées et donnent un univers angoissant à souhait avec des scènes d'action maîtrisée et des promesses de conflits palpitantes. L'auteur a en plus pris le soin de détailler et d'expliquer tous les concepts scientifiques qu'il utilise. On se sent donc en présence d'un titre à l'univers vraiment réfléchi et qualitatif où il ne prend pas ses lecteurs pour des idiots, bien au contraire.

    Le problème, c'est que la forme, elle, est un brin absconse. Passé un premier chapitre dynamique et immersif, qui nous plonge direct dans l'action, la frayeur de ses Psychés et la complexité des relations entre les états et organisations, la suite peine à avoir une narration fluide. L'auteur alterne petits moments de vie un brin fades, disputes entre les personnages, éléments de géopolitiques et de science dans un rythme assez lent et monotone. Du coup, alors que j'aurais aimé une lecture vive et percutante, j'ai plus eu l'impression de subir que de prendre plaisir. C'est vraiment dommage.

    Dans un style seinen, mature, classique, l'auteur déploie ses gammes. Le design des Psychés m'a vraiment plu, inspiré d'Alien, il est effrayant à souhait. En revanche, le reste est plutôt lisse et les décors sont même un peu vides la plupart du temps, ce qui renforce le sentiment de froideurs et de mollesse du titre. C'est à nouveau dommage parce qu'on sent que l'auteur est capable de mieux et aurait juste besoin qu'on le pousse un peu pour sortir de ce cliché des décors de SF blancs et épurés.

    6

    Tampopo24 - 05 septembre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Adam - l'Ultime Robot T.1 ?
Ecrire une critique