• Critique The Wize Wize Beasts Of The Wizarding Wizdoms T.1 par

    Attentiooooooon... Ce manga n'est certainement pas un charmant recueil d'histoires magiques basées sur de l ' animal fantasy.  Certes, il y a bien a du charme dans ce Wize wize beasts mais il provient avant tout du talentueux dessin anthropomorphique du fameux Nagabe plutôt que de la fantasy qui n'est ici que très secondaire... Ou pas, car si vous êtes un ultra-fan du style de Nagabe, vous apprécierez sans doute ce titre , BL ou pas. Pour ma part, j'avoue que je me suis laissé prendre au piège. Je ne m'attendais pas à lire du boy's love façon anthropomorphe. Déjà que le bl ou le yaoi est loin d'être ma première lecture, on peut dire que Nagabe m'a bien eu et m'a entraîné comme il le déclare lui-même en postface dans de joyeux marécages.

    The Wize wize beast of the wizarding wizdoms n'est pas une escroquerie mais c'est un titre particulier qui ne plaira  pas à tout le monde. Objectivement, le BL ne plaît pas à tout le monde. Cela reste un genre majoritairement destiné à un public de niche qui a du succès mais beaucoup moins que le dernier shonen à la mode alors si en plus on rajoute cette dimension antromorphe, on découvre une certaine curiosité assez magnétique mais pas forcément fédératrice ( surtout pour celles et ceux qui pensaient à de la simple magie). Essentiellement, ce recueil nous conte des histoires de romances ambiguës , avouées ou non, dissimulés et qui, comme par magie, se révèle l'instant d'une étreinte ou d'un baiser velue. Dans son style anthropomorphique, Nagabe parvient comme toujours à insuffler une dimension très "humaine", très sentimental à sa galerie bestiale. A travers ces huit histoires, on découvre ainsi un lièvre qui tente de séduire un félin grâce à un philtre d'amour, deux chauves-souris qui découvrent le plaisir (un brin répugnant) du baiser sanglant, un loup pris de tendresse carnassière pour un bouquetin ou encore un prof dragon qui ne reste pas insensible à son élève dragonnet ( mouais... On sent parfois la gêne arriver).

    Comme l'a déjà souligné ma collègue Tampopo24, certaines histoires sont moralement tendancieuses. Nagabe maîtrise une certaine ambiguïté et on découvre de véritables relations toxiques dans ces petites histoires, la plus assumée étant celle du corbeau qui voulait garder captif son paon. De ce fait, on lit parfois ce recueil avec une certaine gêne. C'est inconfortable et ,en même temps, l'anthropomorphisme permet ce recul suscitant l'admiration face au trait affiné et poétique de Nagabe. Cependant, ne nous leurrons pas , la réception de ce titre ne serait pas la même si justement il n'y avait pas eu ce style anthropomorphique.

    Du coup, je vais être honnête, je ne sais pas trop quoi penser de ce nouveau titre de Nagabe. J'avais bien aimé Le Patron est une copine pour son humour énergique et ses quiproquos. Dans ce recueil, j'ai simplement trouvé que Nagabe se fait plaisir et veux avant tout composer quelques petites histoires de romance de manière posée sans se prendre la tête à développer une fiction véritablement étoffée. On remarque que la plupart de ces nouvelles fonctionnent sur le non-dit, le silence gênée. Ces petites histoires n'ont pas vraiment de finalité et, au fond, l'auteur s'en moque nous enjoignant sans doute de savourer le moment présent de ces curieux moments de romance slice of life dans une école de magie à fourrure. Pour ma part, c'était pas vraiment suffisant. Le reproche que je ferais à ce recueil est de construire un faux background ( l'école de magie) juste pour servir de cadre à la romance. Nagabe se sert en quelque sorte du conte pour faire véhiculer sa romance anthropomorphe comme un simple prétexte. On est très loin d'un Beastars qui creuse à fond le côté teen-movie avec une superbe intrigue. Chez Nagabe, j'ai l'impression que nous sommes plus dans l'ordre du "fantasme" et cela m'a un peu dérangé car cela fait de The wize wize beasts un titre beaucoup plus cloisonnée. 

    Honnêtement, je conseille surtout ce titre à celles et ceux qui ont déjà un pied dans l'univers de singulier de Nagabe afin de ne pas être trop pris au dépourvu. Nul doute que son style anthropomorphique est séduisant mais il peut être aussi hermétique surtout dans le cadre d'un recueil qui se contente de répéter à chaque histoire de la romance ambiguë entre deux bébêtes.

    5

    MassLunar - 10 septembre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu The Wize Wize Beasts Of The Wizarding Wizdoms T.1 ?
Ecrire une critique