• Critique March comes in like a lion T.1 par

    Connu sous le nom de Sangatsu no Lion au Japon, la “nouvelle” série de Chica Umino (que nous avons pu découvrir en France avec le shôjo Honey and clover) est précédée d’une excellente réputation. En effet, le titre a remporté les deux prix les plus prestigieux de l’archipel : le prix Tezuka et le prix manga Taïsho. Autant dire que l’attente est grande autour de ce titre.

    Tout d’abord, il faut noter que le titre va proposer un cadre un peu déroutant pour les lecteurs occidentaux puisque le personnage principal est un professionnel de… shôgi ! Vous ignorez ce qu’est le shôgi ? Pour faire simple, il s’agit d’un jeu de plateau proche des échecs et très populaire au Japon. Si nous avons déjà pu nous familiariser avec d’autres jeux typiques via le manga, comme le go avec l’excellent Hikaru no Go ou le karuta avec le non moins excellent Chihayafuru, difficile de dire si cela sera le cas pour March comes in like a lion car même s’il fait partie intégrante de la vie de notre héros, celui-ci est comme précisé déjà un professionnel. On ne suivra donc pas, a priori, un parcours initiatique et si un expert en shôgi intervient dans les interludes entre les chapitres, l’intérêt de la série ne réside pas dans les parties proposées.

    Ce qui fait tout l’intérêt de ce premier volume, c’est le passé de notre héros, cette mélancolie qui se déverse page après page, avec un passé lourd qui a totalement forgé son présent. Nous n’en savons encore que quelques bribes mais on comprend déjà pourquoi Rei, notre héros, se sent aussi insignifiant. Si vous vouliez un titre léger, passez plutôt votre chemin, malgré les moments plus « ludiques » offerts par les 3 sœurs devenue amies avec le protagoniste principal.

    Chica Umino a beaucoup progressé depuis ses débuts dans Honey and Clover. On trouve ici un style un peu chargé (notamment en petites bulles de dialogues) mais qui sait se montrer percutant et efficace quand il le faut (il suffit pour cela de voir la double page de présentation du second tome pour en être convaincu). Le style s’en retrouve moins marqué shôjo et semble s’accorder avec le récit, sans présenter de défaut majeur.

    7

    ivan isaak - 06 mai 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu March comes in like a lion T.1 ?
Ecrire une critique