• Critique Our Colorful Days T.2 par

    On dit souvent que le tome du milieu est le plus dur à appréhender, cela se confirme ici. Même si j'ai passé un très bon moment, je n'ai pas retrouvé la force et la poésie du premier et j'ai donc un peu moins aimé.

    Pourtant c'était intéressant, rien que grâce à l'arc consacré à la meilleure amie de Sora, Nao qui se pose plein de questions après la révélation de ce dernier. J'ai aimé voir son point de vue sur la question, elle, qui jusqu'il y a peu, pensait pouvoir avoir une relation romantique avec lui. Il y a le poids du secret de Sora qu'elle doit garder. La question de l'outing, quand quelqu'un révèle que vous êtes homo alors que vous ne le vouliez pas, qui est judicieusement abordée. Et dans l'ensemble, je trouve cette fille vraiment chouette, ouverte, positive. C'est quelqu'un sur qui on peut compter même si ça lui crée des soucis.

    En revanche, Sora m'a un peu agacée, lui. Je l'ai trouvé très fade et plan plan. Je sais que sa situation n'a rien de simple mais il n'avance pas assez dans la vie. Il ressasse les mêmes idées et nous lecteurs on fait un peu du sur place. Après cela reste intéressant parce qu'il est question de comment se déclarer auprès d'un autre garçon sans savoir s'il est hétéro/homo ou autre. On essaie de se mettre à sa place. L'auteur aborde aussi la façon dont les parents ont forcément des attentes hétérocentrées concernant leurs enfants et se font tout plein d'idées, ce qui met un poids de fou sur leurs épaules. D'où le retour du masque.

    Mais malgré tout ça, j'ai un peu perdu la poésie du premier tome et l'impact dramatique. La dimension artistique est moins présente. Certes Sora doit peindre une fresque mais celle-ci peine à prendre forme et on ne voit presque rien d'elle. On a également perdu les ouvertures de chapitres stylées du premier tome pour quelque chose de plus classique. J'espère vraiment que ça reviendra sur le devant de la scène dans le dernier tome parce que c'est vraiment une dimension essentielle pour moi, comme l'annonce le héros avec la perte de couleurs dans sa vie.

    Je me dis que c'est peut-être liée également à l'absence du patron qu'on ne voit pas beaucoup. C'est mon personnage préféré de l'histoire et j'ai eu l'impression de ne presque pas le voir. Heureusement que lorsque c'est le cas, c'est vraiment impactant. Avec lui, on évoque les hommes faisant leur comint out alors qu'ils sont mariés et les conséquences dramatiques que cela peut avoir sur tout le monde. Mais d'un point de vue plus positif, il pousse Sora à agir pour ne pas avoir les mêmes regrets que lui et ça, ça me plaît !

    Pour finir, graphiquement j'ai eu du mal avec les corps beaucoup trop massifs des personnages. Ça alourdit les planches et le récit et je trouve dommage que la gamme des personnages manque de variétés et qu'ils soient tous costauds. Cela m'a en partie frappée avec le crush de Sora, où là, c'est dramatique...

    7

    Tampopo24 - 06 octobre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Our Colorful Days T.2 ?
Ecrire une critique