• Critique Switch Me On T.1 par

    J'ai toujours fait confiance à Akata pour le choix de ses shojos, c'est donc confiante que je suis partie pour découvrir Switch me on, malgré je l'avoue une couverture que je trouvais un peu kitch et fleur bleue. Quelle surprise de découvrir en le lisant un titre mature où l'autrice a parfaitement cernée la découverte de l'amour à l'âge adulte.

    Avec 3 tomes à ce jour au Japon, ce titre a chez nous un parcours atypique (qui ne le sera peut-être plus dans quelques années), puisqu'il a bénéficié d'une prépublication en numérique avant d'arriver en tome relié dans les librairies. Pour les fans du format, cela permet de découvrir des histoires de manière plus rapprochée par rapport à leur parution et je trouve ça très chouette. Pour moi, qui n'en suis pas adepte, c'est une grosse de frustration, mais pour récompenser les lecteurs comme moi qui ont attendu, ce fut un vrai plaisir de découvrir de belles pages couleurs à l'ouverture du tome.

    Kujira est une autrice que j'avais beaucoup aimé découvrir dans son précédent titre : Entre deux, qui mettait en scène deux amis d'enfance à un moment charnière de l'adolescence. J'avais été séduite par sa façon de les croquer et de saisir leurs émotions si complexes, puisque chacun avait maille à partir avec son genre de naissance ainsi qu'avec sa famille. Rebelote ici, la mangaka nous reparle de deux amis d'enfance mais cette fois à l'âge adulte et c'est tout aussi réussi.

    Mes débuts avec ce titre furent pourtant un peu hésitants. Je dois dire qu'il fallait oser ouvrir avec une scène de lit bien explicite comme elle le fait. Mais en même temps, cette rencontre d'un soir est à l'origine de tout et marque clairement les esprits. L'héroïne, Koyori, vient de se faire larguer par son copain avec qui elle était depuis plus de deux ans. Elle va boire avec son meilleur ami pour oublier ça, mais une chose en entraînant une autre, elle finit par coucher avec lui alors qu'elle est bourrée. Le lendemain au réveil quand elle réalise, elle est particulièrement mal à l'aise, surtout qu'elle se rappelle une certaine déclaration qu'il lui a fait. Alors au lieu de pleurer sur son ex qui la trompait, elle n'arrête pas de penser à Hijiri, car ce qui vient de se passer la perturbe grandement.

    C'est avec ce début un peu bancal à mon goût que commence une très belle histoire, celle de deux amis d'enfance qui s'aiment depuis toujours mais ce sont, à la fois, toujours ratés et n'ont jamais osé mettre leur amitié en péril pour une romance. Et l'autrice en parle avec un ton mature et réaliste qui m'a beaucoup plu. Elle arrive à mettre en scène à la fois le côté adulte et le côté immature, naïf et fleur bleue des héros, faisant bien sentir qu'on a beau être majeur, on n'en reste pas moins des enfants parfois face à l'amour quand il nous tombe dessus. Ça m'a beaucoup parlé.

    Ainsi, j'ai vraiment beaucoup apprécié les deux personnages et la dynamique qu'il y a entre eux. L'autrice n'hésite pas à les montrer dans leur quotidien le plus simple et banal, entre ennui au bureau et discussions avec les collègues, petites soirées à la maison, premier rendez-vous classique, etc. Elle illustre à merveille ce que ça peut être d'être ami à cet âge-là, avec ses moments sans se voir parce qu'on est trop pris, ce naturel qui fait qu'on baisse les barrières face à l'autre pour être ultra nature, etc. J'ai beaucoup aimé que malgré la tournure romantique que ça prend, on les voie toujours se comporter comme les amis qu'ils sont depuis toujours. Koyori est une jeune femme qui vivote un peu, qui a du mal à gérer ses émotions et qui est encore très jeune au final. Elle m'a touchée dans sa panique des débuts, puis dans ses tâtonnements maladroits ensuite. J'ai beaucoup aimé la franchise et l'honnêteté d'Hijiri, un garçon qui a attendu bien longtemps pour saisir sa chance et a bien l'intention d'en profiter. Il a ce côté rassurant qui me plaît, tout en étant calme et tranquille, malgré son coeur qui doit battre la chamade. Il est trop mignon.

    Les dessins sont peut-être la petite faille ici. Je ne saurais dire pourquoi mais je ne suis pas fan du trait de l'autrice dans ce titre. Le dessin des corps et des visages ne me plaît pas. Ça rougit un peu trop à tout va. C'est personnel mais je n'aime pas cette frange trop longue chez Hijiri qui cache son regard. Cependant, je reconnais que l'autrice fait passer énormément d'émotions, que c'est tout doux et adorable. La mise en page est dynamique mais il n'y a rien pour le faire sortir du lot.

    7

    Tampopo24 - 15 octobre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Switch Me On T.1 ?
Ecrire une critique