• Critique The Killer Inside T.2 par

    Ce deuxième tome creuse le filon de l'ambiance yakuza mise en place dans la fois précédente et la tension ne nous lâche pas, montant au contraire petit à petit jusqu'à être insoutenable. Eiji continue à essayer de comprendre ce qui est arrivé à la fille qu'il est accusé d'avoir tué, juste parce qu'il est le fils d'un célèbre serial killer : LL. Pour cela, il infiltre un gang de jeunes yakuzas mené par le terrifiant Sai en se faisant passer pour son double qu'il surnomme B-1.

    L'enquête est menée tambours battants dans ces chapitres, faisant vraiment bien avancer l'histoire. On plonge de plus en plus dans le fonctionnement des SKALL, le groupe de yakuzas qu'il a infiltré, nous retrouvant confrontés à de violentes intimidations, un réseau de prostitution et autres joyeusetés bien glauques. C'est sombre, très sombre. C'est vraiment malsain et les auteurs poussent parfois le bouchon un peu trop loin mais ça plaira au fan de ce type d'univers. La violence des yakuzas se prête bien à l'histoire qu'on veut développer ici et il est intéressant de voir comment le héros se sert des rouages de tels groupes pour enquêter sur eux et obtenir des informations.

    Personnellement, c'est ce côté thriller, enquête, qui me séduit vraiment. On a un héros sur les rotules, qui ne veut pas dormir pour ne pas que sa seconde personnalité se réveille, et qui cherche des réponses avec des alliés inattendus, en fouillant dans des recoins qu'il n'aurait jamais imaginés, le tout sous une tension constante tant sa vie est menacée. C'est un jeu de dupe qui s'installe aussi, puisque d'un côté Sai, sait parfaitement qu'Eiji est mouillé là-dedans jusqu'au coup et de l'autre la police le recherche. Le héros est pressurisé de partout ce qui donne une lecture vive, dynamique, un brin claustro peut-être tant on a de mal à respirer au milieu de tout ça, mais c'est excellent.

    Les révélations qui vont tomber petit à petit sont bien amenées et semblent logiques pour le moment, un peu grosses certes d'un point de vue réaliste, mais s'insérant bien dans le fil de l'histoire. On prend donc du plaisir à les découvrir et à essayer de les devancer.

    Le seul élément auquel vraiment j'ai du mal à adhérer reste les dessins. Ils manquent vraiment de finesse par moment quand le dessinateur cherche à accentuer les sentiments des personnages. Il en fait trop et parfois il tombe même à côté de la plaque faisant exprimer autre chose que le sentiment voulu à ses personnages. C'est regrettable parce que le potentiel est vraiment là, c'est juste une question de dosage.

    7

    Tampopo24 - 28 juin 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu The Killer Inside T.2 ?
Ecrire une critique