• Critique Contes Imaginaires T.3 par

    Pas de changement pour ce dernier tome, l'autrice réutilise ce qui a fait le succès des deux précédents à savoir utiliser des contes connus tout en les liant entre eux avec une trame de fond. C'est simple mais très efficace.

    Dans ce dernier tome, l'émotion est à nouveau au rendez-vous. On recroise des personnages des histoires précédentes, mais ce n'est pas forcément facile de se rappeler d'où ils viennent parce que le design des personnages est assez proche d'une histoire à l'autre. Cependant la mangaka fait en sorte de boucler la boucle et de nous offrir une belle morale pour la conclusion de sa saga. Une conclusion toute en émotion qui montre que les personnages ont compris que les efforts doivent venir d'eux.

    Pour cela, elle profite des histoires du Petit Chaperon rouge, des Six frères cygnes, des Musiciens de Brême, de Cendrillon, de la Sorcière Blanche et d'Hansel & Gretel. Je dois dire que certaines m'ont beaucoup plu mais que ce ne fut pas le cas de toutes cette fois. J'ai apprécié la belle amitié qui s'était nouée entre le loup et le chaperon rouge. J'ai été amusée par la relation naissante entre le prince aux oreilles d'âne et la jeune fille aux oreilles de chat. J'ai été attendrie par cette petite fille qui voulait monopoliser sa nouvelle grande soeur quitte à faire des bêtises. Et j'ai trouvé mignon la naissance fortuite de sentiments entre une princesse capricieuse et son amoureux transi changé en bête.

    Cependant, cette fois j'ai trouvé certaines fins un peu abruptes et surtout je n'ai pas aimé la transformation de certaines histoires que j'ai eu du mal à reconnaitre ensuite. Le mélange a un peu moins pris par endroit mais là où ça a fonctionné ce fut encore une fois un régal ! J'ai aimé retrouvé la Sorcière noire devenue Sorcière blanche en filigrane. C'était de retomber sur son passé et de découvrir son futur avec sa famille. Ça a conféré une ambiance vraiment chaleureuse au titre, aidé en plus par les dessins de Tomoko Hako que j'aime énormément. La rondeur larmoyante de ses regards et la finesse des costumes, décors et chevelures m'ont vraiment conquise. Ils me rappellent le trait de Miyuki Yamaguchi que j'affectionne particulièrement.

    8

    Tampopo24 - 08 février 2020

    Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Contes Imaginaires T.3 ?
Ecrire une critique