• Critique Lupin III The First par

    Je dois vous avouer un truc : avant que l'on ne me propose le visionnage de Lupin III The First, je ne connaissais absolument pas l'univers de la licence. De nom, c'est tout. Qu'importe : il est tout à fait possible de profiter du film en tant que total néophyte, d'autant que, centré autour de l'histoire de Laëtitia, ledit film se suffit très bien à lui-même.

    De toutes façons, il n'y a rien de bien compliqué à comprendre : le descendant d'Arsène Lupin, une chasse au trésor, des nazis... Ah, ça vous rappelle quelque chose ? C'est indéniable : on retrouve énormément l'esprit d'Indiana Jones dans cette aventure de Lupin. Mais attention, en version survitaminée !

    Ce n'est en effet pas tant du côté de l'intrigue, archi-classique, qu'il faut chercher les plus grandes qualités du film. Ceci dit, faire simple sans chercher à s'enliser dans des complications dont on se passe finalement très bien colle parfaitement à l'ambiance trèeeees rétro du truc.

    La première chose qui saute aux yeux, et surtout aux oreilles, c'est en effet l'ambiance, essentiellement portée par des musiques jazzy très réussies, qui meublent agréablement les moments calmes sans pour autant prendre trop de place. Pour le reste, le look des véhicules, aussi bien terrestres qu'aériens, nous transporte illico après-guerre. Car, il faut l'avouer, ce ne sont pas les décors qui le feront, puisque l'on n'a pas vraiment le temps de se poser !

    Si le début peut paraître lent, sitôt Lupin entré en scène, c'est quasiment l'action non-stop qui nous attend ensuite. La première course-poursuite donne le ton : ici, on est dans la surenchère assumée (qui colle très bien au héros d'ailleurs) et surtout magnifiquement mise en scène. De la chorégraphie des affrontements aux plans caméra qui font mouche, en passant par les effets spéciaux d'envergure qui montent crescendo, l'animation du film est juste com-plè-te-ment dingue. Alors certes, il y a quelques années, Albator était déjà extrêmement très beau (je parle du film, pas du perso hein, quoique...), mais Lupin III The First ne cherche même pas à jouer pas dans la même cour : débarrassé de toute volonté de réalisme, le visuel a la pêche et la loufoquerie des meilleurs cartoons, servies par une technique aux petits oignons.

    Et c'est bien ça qu'il faut retenir : Lupin III est un divertissement très efficace, qui ne réinvente pas la poudre mais se contente de faire son job à la perfection ou presque. Alors certes, on pourra râler que les acolytes de Lupin sont carrément en retrait (on aperçoit à peine le potentiel de Fujiko et Goemon ; Jigen est un peu mieux loti mais le voir encore plus n'aurait claiiiiiirement pas été de refus...), mais dans les faits, on ne voit pas l'heure et demie passer, et c'est bien ça qui compte !

    8

    Pois0n - 06 octobre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Lupin III The First ?
Ecrire une critique