• Critique Sexy Cosplay Doll T.1 par

        Réservé, avec un manque certain de confiance en soi, Wakana Gojô ne vit que pour ses poupées: apprendre à les fabriquer, les admirer, leur glisser des mots doux… Tout le contraire de la rayonnante Marine, pleine de vie, belle et appréciée de tous. Avec des personnalités aussi opposées, difficile d’imaginer ces deux-là ensembles. Et pourtant, c’est bel et bien leur passion qui va les rapprocher. Ou plutôt, un aspect de leur passion, à savoir: la couture. Dès l’instant où Marine découvre le talent de Gojô pour la couture, sa vie tranquille de futur fabricant de poupées traditionnelles prend fin. Nouveau défi: confectionner à Marine le cosplay de ses rêves. Et si sur le papier cela s’annonce comme un défi plutôt simple à réaliser, dans la pratique, Gojô va devoir affronter des obstacles bien plus redoutables que prévu… 


    Cette histoire n’est ni plus ni moins que l’histoire de Sexy Cosplay Doll, le nouveau seinen des éditions Kana. Signé Shinichi Fukuda, au dessin et au scénario, ce premier tome nous narre les déboires de deux lycéens, plongés dans un âge où s’affirmer demeure difficile, où le regard des autres compte parfois plus que ses propres opinions et où s'intégrer à la société représente un défi de taille. C’est du moins ce que semble vivre Gojô au quotidien. À travers Sexy Cosplay Doll, Shinichi Fukuda nous présente des personnages atypiques, au caractère fort et réaliste. Et c’est d’autant plus vrai pour Marine dont le caractère très prononcé fait plaisir à voir quand on plus l'habitude de voir des personnages féminins plus “lisses”, sans réelle personnalité. Ici, la personnalité de Marine dépote et le contraste avec la timidité de Gojô (que le rend d’ailleurs absolument craquant) rend le tout agréable à suivre. L'énergie que mettent nos deux lycéens dans leur passion, leur relation vis-à-vis de leur entourage et leur opinion du monde sont tout autant d'aspects qui rendent ces personnages si attachants. On se retrouve face à deux personnages aux antipodes l’un de l’autre qui vont commencer à se côtoyer du jour au lendemain, et honnêtement, cela donne lieu à des situations très drôles. 


        Nul doute que l’auteur accorde une importance de taille à l’humour, c’est même l’un des thèmes le plus présent du manga. Attention néanmoins si vous n'êtes pas très portés sur l’ecchi et tout ce qui en découle. Des petits culottes, des poitrine, du dénudé, des sous-entendus sexuels, il y en a. C’est même un très gros pourcentage de l’humour présent. Mais c’est très bien dosé, ça ne tombe pas comme un cheveux sur la soupe, cela reste cohérent à l’histoire et surtout, surtout: ce n’est pas le moins du monde vulgaire ! Et finalement, c’est ce qui importe le plus. Alors oui, vous verrez Marine en petite tenue, mais pour faire des vêtements sur mesure il faut bien prendre des mensurations. Si vous portez votre gros pull de noël, pas sur que le résultat final vous sied à la perfection. L’humour repose surtout sur le fait que Gojô est encore un lycéen en proie aux hormones et qui, qui plus est, n’a pas du tout l'habitude de fréquenter la gente féminine. Il va donc devoir lutter contre ses pensées impures pour pouvoir faire la tâche qui lui a été confiée avec sérieux et professionnalisme. 


        En toute honnêteté, j’ai trouvé ce premier tome très rafraîchissant et terriblement drôle. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre nos deux personnages qui, au fil des pages, apprennent à se connaître et à évoluer ensemble. Mais Fukuda ne s’arrête pas là, au contraire il lui reste encore bien des atouts dans sa manche pour faire de son manga une lecture plaisante. En effet, le/la mangaka ne se contente pas de mettre en place un scénario dans le simple but de dessiner des scènes sexy. Loin de là. Son scénario se base sur le cosplay? Très bien, alors autant creuser la thématique à fond. Si la relation des personnages évolue plutôt rapidement, à côté de cela, Fukuda prend son temps pour nous enseigner l’art du cosplay. Ainsi, à travers les pages on découvre chaque étape de la confection d’un cosplay: la prise des mensurations, le choix des tissus et autres accessoires, le shopping pour acheter le tout… Le travail de recherche à été soigneusement effectué et ça ne rend la lecture que plus enrichissante. J’aime beaucoup le fait que l'auteur soit allé jusqu’à visiter la boutique pour pouvoir la dessiner avec le plus de réalisme possible dans son manga. Évidemment, il n’est pas le seul à le faire mais c’est un point qui reste néanmoins bon à souligner, c’est toujours agréable de constater toute la bonne volonté d’un auteur pour nous offrir une œuvre de qualité. Et si ajouté à cela, le mangaka met en avant des thématiques au goût du jour comme: “le sexe d’une personne doit-elle orienter ses goûts”, que demander de plus ? C’est probablement l’un des aspects que j’ai le plus aimé de ce manga. Oui, le terme sexy est justifié. Oui, c’est très axé sur l’humour. Mais non, ça n'empêche pas les personnages d’être matures et d’avoir des propos sérieux, raisonnés et réfléchis.


        Enfin, que serait une critique manga sans un aparté sur le dessin? Bien qu’à mon sens l’histoire est sans nul doute le point le plus important d’un manga, son dessin reste néanmoins un facteur décisif chez nombre de lecteurs. Et ici, pas de crainte à avoir. Le dessin est très beau, les personnages sont expressifs et chaque scène comique est très bien retranscrite. C’est un dessin épuré et léger qui donne ce côté rafraîchissant à l’histoire. Dans l’ensemble c’est un dessin plutôt réaliste, uniforme et sans gros défauts. Bien sur il y a quelques petites imperfections, comme partout, mais rien qui ne puisse franchement gâcher la lecture. Pour ce qui est des décors, c’est un peu plus simpliste. Il y en a, certes, avec un certain sens du détail mais il y a également quelques cases blanches. On ne peut clairement pas dire que ce manga se veuille contemplatif. Mais aux vues de l’histoire proposée, est-ce un véritable défaut ? Pour ma part, je sais que ça ne me dérange pas plus que cela. Et puis, à contrario, nous avons tout de même de très belles tenues, notamment celles du cosplay, avec leur lot de détail. 


        Finalement, c’est un très bon départ pour Sexy Cosplay Doll. Avec son scénario accrocheur et, tout compte fait, plutôt novateur de part son postulat de base, Fukuda nous offre une série prometteuse que je suivrais avec plaisir et attention. Ma seule véritable attente étant qu’on se penche un peu plus sur la passion de Gojô que je trouve également très intéressante, puisque ce tome ne se concentre finalement que sur la passion de Marine. Bien-sûr à ce stade une autre question se posera certainement à plus d’un: la complicité de nos héros va-t-elle évoluer vers une relation amoureuse? Pour le savoir il faudra lire la suite. 

    Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs! Et contentons nous déjà d’attendre le tome suivant, surtout quand on sait quel nouvel obstacle se dresse devant Gojô… Arrivera t-il à le surmonter ? Rendez-vous en décembre pour le savoir. 


    8

    Imitatia - 10 novembre 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Sexy Cosplay Doll T.1 ?
Ecrire une critique