• Critique Asadora! T.3 par

    Avec ce nouveau tome, je confirme qu'Asadora est vraiment un excellent titre de la bibliographie d'Urasawa. Ça doit être l'un des plus faciles à suivre parmi ceux avec cette touche fantastico-SF qu'il aime bien mais avec laquelle il nous perd souvent dans les méandres de son esprit. Ici, le récit est plus simple et on se régale.

    J'aime beaucoup le soin que l'auteur prend à développer le décor oldies de son récit. C'est extrêmement savoureux et ça permet de plus s'attacher aux personnages. Par contre, je sens qu'il y a plein de références à des choses et événements typiquement japonais que je ne saisis pas pleinement, ce qui est un peu frustrant. Mais on est en plein dans le Japon de l'après-guerre, encore en reconstruction, qui tente de se relever sans les Américains cette fois, juste à la force de leur poignet, avec l'aide des J.O. notamment. Sauf que rien n'est résolu, la pauvreté est encore partout, les enfants orphelins également, de même que la crainte d'une menace extérieure. En cela, je crois que l'apparition de cette créature est vraiment très symbolique et qu'elle permet à Urasawa de parler de cette peur constante de l'extérieur que ressentent les Japonais.

    Pour sortir un peu de mes analyses et revenir au récit, ce qui m'a frappée dans ce nouveau tome, c'est la linéarité classique, simple et agréable du récit, chose rare pour un auteur comme lui qui aime nous perdre dans foison de direction. Ici, on en suit une très simple à travers le personnage d'Asa, recrutée avec son mentor par de drôles d'instances pour lutter en sous-main si besoin contre ce mystérieux monstre qui pourrait apparaître et gâcher les J.O. sur lequel le peuple compte tant. On assiste donc au recrutement d'Asa, à ses questionnements sur le fait de devoir tuer/blesser cette chose, mais également à sa découverte d'une potentielle source d'informations sur lui et d'un chercheur que ça intéresse peut-être aussi. Tout se goupille vraiment très bien.

    Et en plus de cela, comme il a la science de savoir le faire, Urasawa ajoute de belles réflexions sur la parentalité, la notion de famille, les liens du sang. Il évoque aussi la passion pour un sport, une pratique, et ce qu'on est capable d'accepter pour cela. Il met en avant l'importance du travail, de la reconnaissance envers ceux qui nous aident famille ou non, etc. C'est un titre très riche en enseignements quand on creuse un peu.

    8

    Tampopo24 - 12 octobre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Asadora! T.3 ?
Ecrire une critique