• Critique Hell's Paradise T.1 par

    Hell's Paradise, un titre qui m'intéresse depuis qu'il a été annoncé. Sa jaquette énigmatique et son personnage principal au regard glacial, il ne m'en fallait pas plus pour me lancer dans l'aventure. D'autant plus que les premiers retours sur la série ont été plus que positifs. Pour ma part, il y a de nombreuses choses que j'ai appréciés et qui m'ont immergé dans ma lecture, mais certains éléments m'ont également dérangé.

    Un Shinobi singulier

    Cela faisait longtemps que je n'avais pas découvert une série de ninjas ou shinobi. Non pas que je ne m'y intéresse pas, mais que ce n'est plus un thème au goût du jour. Pourtant, Hell's Paradise a su dès le départ se faire sa place à travers un récit plus complexe que la moyenne. Nous suivons Gabimaru au Japon, à l'ère Edo. Gabimaru le vide est surnommé ainsi pour sa facilité à tuer et son désintérêt pour ses adversaires. Un personnage froid et sanglant qui n'est pas réellement à l'image du héros que l'on connait. Au départ, nous ne comprenons pas réellement quel genre de personnage il est, car la mise en abîme de l'oeuvre tourne un petit peu en rond. Gabimaru doit être exécuté pour ses nombreux meurtres et sa trahison envers son clan, mais survit à chaque tentative, quelque soit la méthode employée. Au premier abord, on nous montre un personnage blasé de vivre, fuyant sa femme ennuyante pleine de vie. Mais il n'en est rien, et ça on ne l'apprend que plus tard. J'ai trouvé cette partie assez longue et pas forcément utile dans l'ensemble. Même si elle démontre l'obscurité du titre, elle traîne en longueur. Mais une fois passée, le récit peut enfin débuter.

    Gabimaru semble finalement attaché à sa femme, et ne souhaite qu'une chose : la retrouver. Alors condamné à mort, on lui propose de trouver l'élixir d'immortalité dans un lieu considéré comme le paradis. Cependant, tous ceux qui y sont allés n'en sont pas revenus en un seul morceau, alors transformés en plantes. De plus, s'il parvient à ramener l'élixir, il sera alors libre, expié de tous ses péchés. Dès lors, de nombreuses interrogations émergent dans mon esprit et suscitent ma curiosité. Le récit part bien sur ce point, et l'univers semble assez stable et réfléchi dans l'ensemble.

    A revoir

    Ce qui me pose problème, c'est que certains choix scénaristiques sont assez maladroits par moment. Notamment les réactions du héros qui sont soit innocentes, soit totalement malsaines. Le contraste est assez étonnant et pas toujours logique et intrigant. Vouloir humaniser son personnage principal est tout à fait honorable, mais je trouve que ça a été fait trop rapidement.  Nous n'avons même pas eu le temps de s'attacher au fait qu'il est sombre qu'on nous démontre déjà le contraire. Je n'ai pas réellement compris l'intérêt de le faire dans la foulée, alors que cela aurait été une belle révélation par la suite. Cependant, ça ne veut pas dire que tout est à jeter. Par exemple, bon nombre des réactions de Gabimaru sont imprévisibles, ce qui rend le personnage d'autant plus étrange si on omet les révélations sur ses réelles intentions.

    Un très bon point à noter également, les dessins du titre sont tout simplement sublimes et collent parfaitement à l'univers. Les scènes explicites sont parfaitement dessinées et immergent totalement le lecteur. C'est très rare que je parle des dessins dans mes reviews, car en général je considère que juger la technique n'a que peu de valeurs quant à la qualité d'un titre. Mais cette fois-ci, j'ai tellement été étonné par la beauté de ceux-ci que je ne peux que noter l'importance et l'impact qu'ils peuvent avoir dans l'intrigue.

    6

    Niwo - 03 avril 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Hell's Paradise T.1 ?
Ecrire une critique