• Critique Sayonara Miniskirt T.1 par

    L'arrivée de Sayonara Miniskirt est précédée pour ma part par une réputation de titre de qualité et qui bouscule les idées reçues. Avec en plus le retour de la question des violences faites aux femmes en général et sur la voie publique en particulier, je trouve que le titre est totalement d'actualité.

    Cependant, mon premier contact avec le livre m'a fait craindre le pire. Dessins très ronds, des personnages qui rappellent ceux du Sho-Comi où sont publiées des autrices comme Go Ikeyamada ou Kumagai Kyoko qui ne sont pas réputées pour leurs histoires révolutionnant le genre. J'avais un peu peur de tomber sur un shojo lycéen très bateau et un brin niais.

    Heureusement très rapidement, j'ai été rassurée, le titre sous ses dehors de romance lycéenne vue et revue est plutôt pour interroger et bousculer nos représentations et discours sur les femmes, leur corps, leur tenue avec en particulier le cas des idols. L'autrice met en scène des lycéens lambda tenant des propos qui peuvent hérisser le poil mais non parce qu'elle les partage, mais plutôt parce qu'elle souhaite les dénoncer et bousculer ainsi le lecteur. Ça a très bien fonctionné avec moi.

    J'ai aimé suivre une héroïne, qui était autrefois une idol mais qui a fait le choix d'arrêter après avoir été agressée par un fan. Elle sait que même si elle adorait ce job, elle ne peut pas continuer à le faire en doutant de tout le monde, ce serait contraire à son esprit. Elle a donc pris une décision forte, celle de repartir à zéro dans une autre ville où personne ne la connait. Sauf que sous ses airs bravaches, c'est une héroïne à fleur de peau, qui est encore traumatisée par ce qu'elle a vécu et qui a peur. Cependant, elle compte bien se battre pour ses idées et va défendre les femmes qui sont réduites à leur physique ou dénigrée à cause de leur tenue, le discours "elles l'ont bien cherché" ne passe pas du tout avec elle et c'est jouissif ! Grâce à elle, nous allons affronter plusieurs situations du quotidien où l'on violente les femmes l'air de rien et à chaque fois, elle va se révolter et bien faire comprendre que ces situations ne sont pas normales, qu'il faut réagir !

    A ses côtés, shojo lycéen oblige malheureusement, nous avons droit à un héros qui a l'air tout doux et gentil malgré sa passion pour le judo et la musculation. Il semble savoir qui elle était parce que sa soeur aurait été fan de l'ancienne idol. Il est donc souvent là pour l'aider et l'épauler. Sauf que ce n'est pas si simple avec une personne victime d'un tel traumatisme. Il représente donc également une source de frayeur pour elle. C'est intelligent de la part de l'autrice de mettre en scène un garçon qui a l'air si gentil et si doux représenter pourtant une menace à sa façon, comme quoi les apparences ne suffisent pas toujours à rassurer. Il faut se méfier.

    Enfin, toute l'intelligence de la mangaka est d'ajouter également en parallèle de ces questions une vraie interrogation sur l'identité de l'agresseur de l'héroïne. Ce dernier rode toujours et il porte des ressemblances avec une personne proche de l'héroïne. Une tension va alors être croissante jusqu'à un final terrible qui fait regretter de ne pas avoir la suite sous la main pour voir si les soupçons que l'on a sont fondés ou non. Je ne l'avais pas vu venir et j'ai adoré ça.

    7

    Tampopo24 - 15 mars 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Sayonara Miniskirt T.1 ?
Ecrire une critique