• Critique Jujutsu Kaisen T.1 par

    Jujutsu Kaisen se présente comme le nouveau phénomène shonen de l'année... Très plébiscité au Japon, éloge de la part de l'auteur de My Hero Academia... il n'en fallait pas plus aux éditions Ki-oon pour bien choyer son poulain. Outre une promotion dynamique ponctuée de diverses bandes-annonces, l'arrivé du titre en France s'est accompagnée d'une farandole de t-shirts, de bracelets ou autres chouettes bidules... 

    Bref Jujutsu Kaisen , c'est le gros titre de ce début d'année, du moins le gros titre des édition Ki-oon en termes de nouveautés. Après lecture, il est en effet difficile de ne pas être séduit devant le dynamisme et le rythme infernal de ce premier volume.

    Pour son premier manga, Gege Akutami ne s'embarrasse pas de psychologie traînante et nous plonge après une brève intro au coeur du sujet avec la confrontation de Yuji Itadori, jeune étudiant athlétique mais un peu bénet face à un démon. Pour sauver ses amis, Itadori décide tout simplement d'avaler un doigt du plus puissant démon du Japon. Ce doigt fait partie des vieilles reliques convoitées par les autres bestioles démoniaques. Tel un Uzumaki soudain , notre impulsif Yuji se voit donc contraint de cohabiter avec Ryomen Sukuna, le fameux big demon. 

    Humour, baston, le tout saupoudré d'une petite dose horrifique, voilà en quelques termes comment on peut résumer l'ambiance posée par ce premier volume. Très vite, notre tête brûlée de héros se révèle assez attachant tant par son caractère que par le destin auquel il semble promis. J'ai particulièrement bien aimé la petite discussion avec son grand-papy peu avant la confrontation démoniaque. 

    Outre le héros, on retrouve la fameuse figure un poil ténébreuse (mais sans tomber dans la caricature), le prof énigmatique et sympa que beaucoup comparent à Kakashi, la jeune fille plutôt franche et assez mégalomane. Des personnages dans l'ensemble réussis et drôles qui rentrent facilement dans les codes shonen. Mais outre les humains, Gege Akutami peaufine davantage son petit bestiaire démoniaque. Les créatures sont assez réussies et apportent une dimension horrifique plutôt rafraichissante pour un shonen. C'est peut-être là l'une des points fort de Jujutsu Kaisen, proposer une ambiance dynamique et affirmée entre bastons de têtes brulées face à l'indicible horreur monstrueuse. De la dark fantasy comme ce manga est ainsi qualifié sur la 4ème de couverture mais de la dark fantasy surchargée...

    J'ai de suite adhéré à Jujutsu Kaisen grâce à son efficacité. Après force est de constater que c'est un titre qui a intérêt à peaufiner et à affirmer son intrigue et son style au fur et à mesure des volumes si il ne veut pas crouler sous les références et autres comparaisons dont il peut faire le sujet... Mais bon, avec déjà 10 tomes parus au Japon, je pense qu'il n'y a pas de soucis à se faire.

    Graphiquement, certes l'auteur débute mais je n'y ai pas trouvé de flagrantes maladresses. Peut-être que son style reste encore à peaufiner, l'action devrait être mieux cadré , mais on sent derrière le plaisir du dessinateur qui arrive déjà à donner corps et style à son titre. Le chara-desing est sympa et comme je l'ai déjà dit, ce style cool se heurte allègrement avec la petite ambiance horrifique...

    8

    MassLunar - 15 mars 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Jujutsu Kaisen T.1 ?
Ecrire une critique