• Critique L'antiquaire et son appétit débordant ! par

    Ceux et celles qui me lisent régulièrement savent que les recueil d'histoires sont en général loin d’être ma tasse de thé. Au risque de me répéter, il est déjà difficile de nous attendrir, interpeller et faire vibrer en l'espace d'un one-shot mais cela devient carrément mission impossible lorsqu'il s'agit de plusieurs récits compilés dans un seul tome.

    L’antiquaire et son appétit débordant de MorryKuroi ne réussit malheureusement pas cet exploit et se révèle assez vide dans l’ensemble. En effet, ce dernier tombe dans de très nombreux pièges à commencer par la faiblesse de son récit. Tout y est prévisible mais ce qui m’a le plus déplu reste le gros cliché du seme qui contraint le uke et profite de son corps pour x raison, le uke qui ne se débat pas et devient très vite dépendant du seme. On est dans un schéma ultra banal qui ne nous fait en aucun cas rêver, loin de là même. Ceci sans compter sur le fait qu’il n’y avait aucune séduction entre les deux protagonistes et les ébats étaient quant à eux bien trop vite expédiés pour nous satisfaire à ce niveau-là. On notera également l’absence de personnalités des protagonistes qui nous apparaissent bien lisses et qui par conséquent ne se révèlent pas très attachants. En gros, les différents aspects de l’intrigue ainsi que la mise en scène manquent de charme, de magie, de passion, d’imprévisibilité et d’approfondissement…

    La seconde histoire fait un peu mieux puisque l’auteur développe de façon un peu plus cohérente et approfondie l’émergence des sentiments entre les deux personnages avec les habituels questionnements et doutes qui ici prennent un tournant assez agréable avec l’idée du peintre qui tombe sous le charme de sa muse. Même si on reste sur un récit très classique dans l’ensemble, on passe déjà un meilleur moment de lecture. De plus, les personnages se révèlent également bien plus attachants notamment dans l’attachement que ressent le héros pour sa grand-mère. Par contre, le seme reste encore un peu trop en retrait à mon goût.

    Un petit mot sur les graphismes, ces derniers sont certes correctes mais assez passe-partout. A l’image du récit, il n’y a pas grand-chose qui ressort réellement que ce soit au niveau de la mise en scène, des planches ou même des expressions des personnages. Il manque à la patte graphique de la mangaka de la magie, de l’émotion, du sex-appeal, de la chaleur...

    Côté édition, l’éditeur fournit un travail de qualité avec une édition qui bénéficie de la fameuse première page en couleur qu’on apprécie retrouver dans chacun de nos titres. Par contre, ce dernier a pris la fâcheuse habitude de traduire les titres en français. Ce qui dans de nombreux cas donne tout sauf envie de lire le titre. J’imagine que l’éditeur est soumis aux contraintes de l’éditeur japonais et qu’ils sont peut-être obligés de le traduire. Dans ce cas, j’aurai personnellement conservé les caractères japonais comme sur la couverture originale et rajouté en petit le titre en français. Sans oublier la police du titre qui est franchement moche. Bien sûr, mon avis sur la question n’engage que moi.

    3

    snoopy - 19 mars 2019

    2 membres aiment | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu L'antiquaire et son appétit débordant ! ?
Ecrire une critique