• Critique Ginza Neon Paradise T.1 par

    A l'occasion de la rentrée, les éditions Taifu ont invité une nouvelle artiste à rejoindre leur catalogue, Unohana, et nous offre l'occasion de redécouvrir son travail après avoir été initialement publiée à plusieurs reprises aux éditions Boy's love. Pré-publié dans les pages du magazine Karen (Nouveau départ, On entend son cri, sans que l'on voit ses larmes, corbeau sous la pluie,...) des éditions Nihon Bungeisha, le récit nous entraîne dans le célèbre quartier de Ginza des années quarante où on suit deux amis d'enfance séparés suite à la guerre et qui vont se retrouver des années plus tard. Taifu gâte ses lectrices ces derniers temps, on est de nouveau séduit par leur dernière trouvaille!

    "Il n'y a pas eu d'avis de décès, mais ça fait trois ans et il n'est toujours pas revenu. Je me demande s'il aura finalement réussi à être utile à son pays... et s'il a pensé à moi à la fin."

    Trois ans ont passé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais Aoi n’a toujours aucune nouvelle de son ami d’enfance parti au front : Takahito. Pourtant, un soir comme tant d’autres, un homme apparaît à l’entrée du club qu’il fréquente. Cette silhouette qui lui semble si familière n’est autre que Takahito. D’abord surpris, Aoi ne peut contenir sa rage quand ce dernier lui dit avec un certain détachement qu’il est rentré il y a de ça deux ans, mais qu’il n’a pas trouvé le temps de prévenir ses proches. En l’espace de quelques secondes, Aoi laisse alors éclater toute la souffrance qu’il a dû supporter durant ces deux dernières années. Qu’est-il arrivé à son ami après la guerre ? Pourquoi il n’a donné aucun signe de vie ? Désormais, Aoi veut des réponses aux nombreuses questions qui le tiraillent.

    "Une histoire joliment narrée, la façon dont on découvre les personnages se révèle particulièrement séduisante."

    Pour être honnête, je n'attendais pas à grand-chose de ce titre pour la simple et bonne raison que j'avais peur de me retrouver avec une intrigue téléphonée suite à l'extrait qui ne m'avait pas vraiment convaincue notamment concernant l'entrée en scène déroutante de l'un des personnages principaux qui ne prend tout son sens qu'une fois terminé la lecture. Il y a parfois des titres qu'on juge un peu trop vite et qui se révèle être une très belle découverte au final. C'est le cas de Ginza Neon Paradise, je me suis laissée bercer par l'histoire d'Aoi et de Takahiko à tel point qu'il décroche un petit coup de cœur!

    Il faut dire que le début ne laissait présager rien de bien transcendant. En effet, Aoi qui désespérait de pouvoir un jour revoir son ami parti au front le voit refaire surface comme si de rien n'était alors que ce dernier ne lui avait donné aucune nouvelle durant des années. L'entrée en scène de Takahiko nous apparait alors assez grotesque et on se fait très vite une image négative du jeune homme. Quand on voit son attitude désinvolte, on craint alors avoir affaire à une intrigue prévisible avec un personnage égoïste et détestable qui usera de ses charmes pour de se racheter facilement aux yeux de son ami. Ce qu'on découvre par la suite est beaucoup plus profond et nuancé que ce à quoi on s'attendait de prime abord.

    Même si on ne changera pas toute de suite d'opinion, découvrir le passé du jeune homme à travers les yeux de Aoi nous donne déjà une idée plus précise de celui qu'il est réellement et de la nature des liens qui unissent les deux jeunes gens. Le travail de fond sur les personnages se révèle véritablement séduisant, les nombreux bonds dans le passé qui rythment l'intrigue permettent de dresser un portrait assez complet des protagonistes, de ce qu'il ont vécu ensemble et de la façon dont leur relation a soudainement évoluée la veille du départ de Takahiro au front. Unohana nous dépeint une relation aussi belle que captivante. Cette dernière réussit à nous transmettre les émotions qui submergent ses personnages à chaque instant en distillant les révélations tout au long du récit et en lui conférant un côté introspectif bienvenu. On ressent donc pleinement les tourments auxquels Aoi a dû faire face en essayant de rester aux côtés de Takahiko. La tristesse et l'épuisement ressenti à attendre un signe de cet homme égoïste, la détresse qui l'a envahi lorsqu'il a senti qu'il allait être séparé de lui ou encore la beauté de ce dernier moment passé ensemble ont donné naissance à de très belles scènes fortes en émotions et uniques en leur genre. Et ce sera pareil tout au long du récit, on verra Aoi se sentir à la fois rassuré et mal lorsqu'il partagera de nouveau son quotidien avec Takahiko. Ainsi alors qu'on pensait que rien n'avait changé, le récit prend un tournant intéressant.

    On apprécie énormément cette façon de nous faire découvrir le personnage de Takahiko d'abord à travers les souvenirs et les pensées d'Aoi puis ceux de Sayuri, son agent. On a chaque fois l'impression de découvrir une nouvelle facette du jeune homme à tel point qu'on finit par grandement l'apprécier à travers ses sentiments pour Aoi, ses peurs et ses doutes. On assiste à une très belle évolution de sa mentalité, l'envie de faire des efforts et de changer pour celui qu'on aime se ressent très nettement lors de ses confidences. Son incapacité à retourner auprès de celui qu'il aime et sa honte, autant de sentiments difficiles que l'auteur a parfaitement su retranscrire grâce à des dialogues réfléchis avec soin. Le moment où les deux jeunes gens vont s'ouvrir complètement l'un à l'autre est juste incroyablement attendrissant! En plus, on ne termine pas la lecture juste sur un joli moment, il y en aura plusieurs pour nous régaler et nous assurer de la sincérité des sentiments de Takahiko envers Aoi. Leur histoire nous a réellement fait vivre de très beaux moments!

    Un petit mot sur les graphismes, l'artiste possède un coup de crayon assez agréable, fin et maîtrisé dans l'ensemble. On dénote quelques petites inégalités de ci de là au niveau des visages des personnages mais rien de bien conséquent, d'autant plus que certaines scènes offrent son lot de magie et d'émotion notamment lors des moments plus intimes ou des confessions. Pour ce qui est de nous plonger dans le cadre de l'époque, on apprécie les quelques décors et costumes même si c'est tout de même souvent centré sur les personnages. Visuellement, le titre est donc loin d'être dénué de charme! L'édition se veut toujours aussi de belle qualité. Par contre, mon exemplaire s'est un peu décollé alors que j'en prends toujours grand soin. Pas de chance!

    8

    snoopy - 29 janvier 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Ginza Neon Paradise T.1 ?
Ecrire une critique