Tajima ne voit jamais personne pleurer, les seuls souvenirs qu'il a d'un tel spectacle remontent à l'enfance. Alors, quelle surprise quand il aperçoit un des élèves de son lycée,... - Critique" /> 
SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, n.note, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.element_id as planning_id, p.volume FROM ms8.PLANNING as p, ms8.critiques as a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.NOTES_TOMES AS n ON a.element_id=n.planning_id AND u.user_id=n.user_id WHERE p.id=a.element_id AND a.id='93188'
  • Critique Ne me quitte pas T.1 par

    Tajima ne voit jamais personne pleurer, les seuls souvenirs qu'il a d'un tel spectacle remontent à l'enfance. Alors, quelle surprise quand il aperçoit un des élèves de son lycée, Koga, sangloter dans la cour... Leur rencontre fait suite à un malheureux concours de cironstances : le chat de Tajima serait responsable de la mort du poisson rouge de Koga. En tentant de le lui avouer, il va finalement découvrir la vérité cachée derrière ses larmes. Un secret qui va les rapprocher.
    [Synopsis de l'éditeur]


    Muni d'un synopsis aussi étrange qu'improbable et d'une couverture aussi belle que bleuté, la première œuvre de Hagi me laisse un peu sur ma faim. Pourtant, j'ai trouvé cette lecture assez plaisante...


    Le récit est plutôt crédible, par rapport à ce à quoi je m'attendais au vu du synopsis. La façon dont les deux héros se rencontrent est toute bête et très chanceuse, mais ce n'est pas grave, on sent que l'autrice l'assume. C'est sur l'évolution de leur relation qu'elle veut s'attarder. C'est plutôt réussi ; on arrive rapidement à cerner les personnages et leurs personnalités, et voir les sentiments qu'ils portent l'un pour l'autre se former et grandir est un plaisir. C'est très doux et très mignon, avec une touche de drame et une touche d'humour par-ci par-là pour agrémenter l'histoire et la romance. Seul bémol : c'est trop court ! Ca aurait mérité deux tomes, très sincèrement. Tout va un peu trop vite. Même si ce n'est pas vraiment dérangeant, ça aurait été bien mieux si l'autrice avait pris le temps de plus développer certains aspects de son manga.


    Je n'aime pas non plus les clichés que l'œuvre véhicule, notamment au début. Des clichés comme quoi un garçon ne devrait pas pleurer, ou comme quoi un poisson rouge n'est pas une raison de pleurer, que ce n'est rien d'autre qu'une décoration, et que sa mort est comme un objet qui se casse... C'est idiot, mais ça m'énerve. Pas assez pour me sortir de l'ambiance ; et ce n'est même pas quelque chose de très choquant vu les normes actuelles. Mais il me fallait le noter.


    Quant à l'aspect graphique, ce n'est en rien critiquable. Si la jaquette colorée est magnifique, l'intérieur est plus modeste et minimaliste. Les dessins n'en sont pas moches pour autant ; ils sont simples, mais jolis et maîtrisés. Le style de l'autrice ressort ni trop ni pas assez ; on reconnaît sa patte, mais cela reste sobre. Pour ce qui est de l'édition, c'est très propre, comme on en a l'habitude avec Taifu Comics. Je remarque tout de même une évolution avec leurs récentes sorties ; des jaquettes en papier mat ; une couverture sous-jaquette qui propose souvent des bonus ; et une meilleure qualité générale. Bref, rien à redire.

    7

    P'tit Citron - 06 septembre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Ne me quitte pas T.1 ?
Ecrire une critique