• Critique Beastars T.6 par

    Avec ce 6e tome, Paru Itagaki montre une nouvelle fois tout son talent dans le traitement des émotions de ces animaux anthropomorphes pourtant terriblement nature, en le mêlant avec une intrigue de plus en plus tendue.

    J'ai encore une fois été bluffée par la première partie qui décortique la relation étrange et complexe qui se noue entre Legoshi et Haru, entre attirance, sentiments amoureux et désirs/instincts bestiaux, c'est très bien fait. Le rendu est parfait. On sent vraiment combien ça les travaille et comme ça les pousse à avancer et murir leur réflexion sur eux-mêmes et leur espèce. Peut-on aller contre son instinct au profit de ses sentiments ? Est-ce bien des sentiments ou est-ce l'instinct animal qui parle ? etc. Du coup, je trouve que ces deux personnages gagnent en carrure. Legoshi n'est plus seulement le loup qui se plaint sans arrêt (bon, il ne l'est plus depuis un moment, c'est vrai) et Haru n'est pas seulement la lapine folle de Louis (c'était déjà en construction mais ça se parachève ici).

    En parallèle, je trouve que l'univers de Beastars gagne aussi en consistance. Nous avons d'un côté Juno qui cherche à redorer le blason des carni en se servant de l'exploit de Legoshi, mais également qui aimerait bien gagner son coeur, tout en concourant pour le titre de Beastar. Et de l'autre, nous avons Louis qui a décidé de se battre autrement pour imposer une certaine égalité entre herbi et carni. Son choix n'est pas le plus évident mais je trouve qu'il lui correspond bien et je suis sûre qu'il va beaucoup apporter à l'histoire aussi bien en conflits qu'en dynamiques. Et puis, quelle classe il a notre Louis !

    8

    Tampopo24 - 07 janvier 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Beastars T.6 ?
Ecrire une critique